Menu Fermer

5 façons de propager votre propre forsythia

Le forsythia est un arbuste emblématique des zones de rusticité 5-8 de l’USDA, où ses fleurs jaunes éclatantes, de la fin de l’hiver au début du printemps, brisent l’emprise glaciale de l’hiver.

Dans notre guide de la culture du forsythiaNous vous expliquons tout ce que vous devez savoir pour cultiver ce classique dans votre paysage.

A close up vertical image of the bright yellow flowers of spring-blooming forsythia pictured in bright sunshine on a soft focus background. To the center and bottom of the frame is green and white printed text.

Nous établissons des liens avec des vendeurs pour vous aider à trouver des produits pertinents. Si vous achetez à partir de l’un de nos liens,nous pouvons percevoir une commission.

Cet article présente cinq façons simples de multiplier les arbustes à partir de ceux que vous avez déjà.

Voici la composition de l’équipe :

Ce que vous apprendrez

5 façons de propager le forsythia
Couche d’air
Division
Boutures de tiges enracinées dans le sol
Boutures de tiges à racines d’eau
Superposition de conseils

Un mot sur les semences

C’est amusant, alors allons-y !

5 façons de propager le forsythia

Si vous avez déjà un buisson de forsythia, vous pouvez facilement en faire plus en utilisant l’une des méthodes suivantes :

1. Couche d’air

Une façon de démarrer un nouvel arbuste est de forcer l’une de ses tiges, ou cannes, à faire pousser des racines.

Cette technique fonctionne avec toutes les tailles de buissons de plus d’un an, car elle nécessite du « vieux bois », c’est-à-dire la croissance de l’année précédente qui a durci.

A close up vertical image of a bag of soil attached to a shrub's stem to propagate by a process called air layering.

La technique que je préfère vient du Société royale d’horticulture. Voici comment procéder :

Au printemps, choisissez une canne qui a presque fini de fleurir, mais qui n’a pas encore de feuilles.

Choisissez un endroit où il y a au moins un nœud foliaire, et où la canne est droite et ferme.

Comme si vous étiez en train de tailler, tenez un couteau d’office ou un couteau de poche parallèle à la canne et, en commençant à environ un pouce sous le nœud de la feuille, enlevez une fine couche d’écorce extérieure.

Coupez directement à travers le nœud de la feuille pour créer un lambeau d’écorce qui est encore attaché à l’extrémité supérieure, juste au-dessus du nœud de la feuille.

Coupez tous les autres nœuds de la feuille, de façon à ce qu’elle soit dénudée sur 15 cm au-dessus et au-dessous de la « blessure » que vous avez créée avec votre couteau.

Soulevez délicatement le rabat et pressez un peu de poudre d’hormone d’enracinement dans le bois intérieur.

Placez également un peu de mousse de sphaigne sous le rabat, et fermez le tout.

Enroulez la mousse de sphaigne autour du site de la plaie pour obtenir une épaisseur d’environ quatre pouces, deux au-dessus et deux au-dessous. La longueur doit être de trois à quatre pouces.

Découpez un morceau de sac poubelle noir d’une taille d’environ cinq pouces sur cinq.

Enroulez le plastique autour du renflement de la mousse, en le recouvrant pour une couverture complète.

Fixez le plastique à chaque extrémité avec du ruban adhésif en toile, pour un emballage bien ajusté.

À la fin de l’été, ouvrez l’emballage, et vous devriez constater que la canne a poussé des racines. Si ce n’est pas le cas, replacez le plastique et le ruban adhésif et laissez-les en place jusqu’à la fin du printemps prochain.

A close up horizontal image of the branch of a shrub demonstrating roots growing out of the leaf nodes after propagation by tip layering.Photo par Nadiatalent, Wikimedia Commons, via CC BY-SA.

Coupez la tige enracinée à son point d’origine.

Faites des coupes dans la tige enracinée trois à quatre pouces au-dessus et en dessous des racines germées.

Plantez la tige enracinée à deux pouces de profondeur dans un sol qui a été travaillé à une profondeur de six à douze pouces et qui se draine bien. Elle germera et aura le temps de s’endurcir avant la période de dormance hivernale.

Prévoyez un pouce d’eau par semaine en l’absence de pluie jusqu’aux premières gelées.

2. Division

Une autre façon de transformer un arbuste en deux est de le diviser au printemps, après sa floraison.

Cette méthode fonctionne mieux avec les petits arbustes qui ont eu la chance de s’établir depuis deux ou trois ans. Ils ont un bois dur important et sont capables de résister au choc de l’arrachage.

Pour diviser un forsythia :

Utilisez une fourche pour ameublir le sol autour de l’arbuste en formant un cercle à environ 30 cm de la base.

Pendant que vous parcourez le cercle, enfoncez la fourche avec votre pied, et pliez-la en arrière pour détacher et soulever les racines. Retirez-la et faites la section suivante, jusqu’à ce que vous ayez fait le tour complet.

Soulevez le buisson et posez-le sur le côté sur un sol plat.

Utilisez une hache ou un autre outil tranchant pour couper la couronne, là où les cannes rencontrent les racines, afin de créer deux arbustes indépendants.

Replantez là où vous le souhaitez, en prenant soin de placer la couronne au niveau du sol, en recouvrant les racines d’environ deux pouces de terre.

Maintenez un pouce d’eau par semaine en l’absence de pluie.

À l’automne, les jeunes buissons seront bien établis et prêts à entrer en dormance pour l’hiver.

3. Boutures de tiges enracinées dans le sol

C’est ma façon préférée de faire de nouveaux forsythias à partir d’anciens.

Cela me rappelle une petite histoire que vous connaissez peut-être déjà si vous suivez mes articles…

Ma belle-sœur était le premier petit-enfant de sa famille, et son grand-père jardinier adorait ça quand elle lui rendait visite.

Il lui donnait une sucette à manger, et quand elle avait fini, ils allaient dans la cour et « plantaient » le bâton dans le jardin.

Et – vous l’avez deviné – quand elle est revenue la fois suivante, une nouvelle sucette avait « poussé » et l’attendait.

Enraciner des boutures de bois dur dans le sol, c’est aussi simple que cela !

Voici comment :

À la fin de l’automne, lorsque les arbustes sont en dormance, choisissez une canne robuste.

Coupez les deux pouces supérieurs pour enlever la partie la plus faible et la plus étroite.

Coupez la canne à son point d’origine, pour la retirer de l’arbuste.

Posez la canne et remarquez où se trouvent les nœuds des feuilles. Il ne s’agit pas des boutons de fleurs, mais des bosses où le feuillage va pousser.

Vous pouvez obtenir plusieurs boutures à partir d’une longue canne.

Faites vos coupes inférieures à environ un quart de pouce sous un nœud de feuille, de sorte que chaque section de tige ait un nœud de feuille près de sa base.

Faites vos coupes supérieures à un quart de pouce au-dessus d’un nœud de feuille, de sorte que chaque feuille ait également un nœud près de son sommet.

Plongez la base de chaque section de tige dans la poudre d’hormone d’enracinement.

Plantez les boutures dans un récipient de compost ou de terreau stérile, en les espaçant de 10 à 15 cm.

Gardez le récipient à l’intérieur ou dans une serre.

Maintenir une humidité régulière, mais ne pas sursaturer.

Lorsque le danger de gel est passé au printemps, repiquez les tiges enracinées dans le paysage par groupes de trois à cinq, en les espaçant d’environ quatre à six pouces, pour obtenir une base d’arbuste robuste.

Prévoyez un pouce d’eau par semaine en l’absence de pluie.

Un autre moyen encore plus facile est d’utiliser les coupures de presse que vous avez recueillies lorsque vous taillez votre forsythia au printemps. Plutôt que de les jeter sur le tas de compost, utilisez le « vieux » bois ferme qui était la croissance de l’année dernière pour faire vos boutures.

Si les feuilles ont déjà germé, utilisez-les comme guide pour couper au-dessus et au-dessous des nœuds des feuilles.

Coupez le feuillage pour rediriger l’énergie vers la croissance des racines.

Faites vos sections de tige, et trempez chacune d’elles dans l’hormone d’enracinement.

Plantez les boutures de bois dur directement dans le sol par groupes de trois à cinq, espacés de quatre à six pouces.

Maintenez le sol uniformément humide.

Lorsque le feuillage pousse, vous saurez que vous avez des racines et vous pourrez arroser une fois par semaine s’il ne pleut pas.

4. Boutures de tiges à racines d’eau

Outre le démarrage des boutures de tiges dans le sol, il existe une autre approche que vous pouvez adopter.

A close up horizontal image of a small glass vase et on a wooden table with sprigs of yellow flowers pictured on a soft focus background.

Pendant que votre forsythia est encore en dormance à la fin de l’hiver, vous pouvez couper les tiges pour forcer l’entrée à l’intérieur.

Choisissez de longues cannes et placez-les dans de grands vases avec quatre à six pouces d’eau.

L’environnement chaud de la maison et l’eau permettront aux tiges de sortir de leur dormance et de fleurir.

Lorsque les fleurs commenceront à se faner, les feuilles pousseront.

Veillez à ce que les fleurs et les feuilles mortes ne tombent pas dans l’eau, et changez l’eau tous les jours, pour obtenir un environnement sain et propice à la formation de racines.

Lorsque le danger de gel est passé, repiquez les tiges enracinées dans le paysage.

Travaillez le sol jusqu’à une profondeur de 15 à 30 cm, jusqu’à ce qu’il devienne friable.

Pour obtenir des arbustes robustes, placez des grappes de trois à cinq tiges à une distance de 10 à 15 cm les unes des autres.

5. Superposition de pointes

Cette méthode est si facile que les variétés de forsythia pleureur le font toutes seules.

Et, c’est vraiment amusant pour le jardinage avec les enfantsparce qu’il suffit de plier une tige vers le sol et de l’y maintenir.

A close up vertical image of a large Forsythia suspensa shrub growing in the garden covered with a profusion of yellow blossoms pictured on a blue sky background.Photo par KENPEI, Wikimedia Commons, via CC BY-SA.

Si votre forsythia a des cannes gracieusement arquées dont les extrémités traînent sur le sol, il est probable qu’il s’auto-enracine.

Vous pouvez éloigner ces arbustes naissants de leur mère en coupant les tiges qui les relient à l’endroit où elles prennent naissance, afin d’encourager la croissance d’une nouvelle et longue tige sur l’arbuste mère.

Ensuite, vous pouvez déterrer les bébés, couper les longues cannes à quelques centimètres des arbustes enracinés, et les déplacer où vous voulez.

Pour les buissons qui n’atteignent pas le sol eux-mêmes, pliez une canne, enterrez les quatre pouces supérieurs de la pointe dans deux pouces de terre, pesez-la avec une pierre ou une brique, et elle fera pousser des racines.

Comment le saurez-vous ?

Lorsque vous soulevez le poids, la tige ne bougera pas, et elle aura probablement un feuillage à l’extrémité.

Il est préférable de le faire très tôt dans la saison de croissance, afin d’avoir le temps de repiquer le bébé et de l’endurcir pour l’hiver.

Si vous commencez tard, laissez tout où il est – pierre et tout – jusqu’au printemps prochain.

Un mot sur les semences

Le démarrage des arbustes à partir de graines prend beaucoup de temps, mais vous pouvez accélérer le processus de croissance en démarrer les graines à l’intérieur à tout moment de l’année.

Certains types de forsythia ne produisent pas de graines, car ce sont des hybrides stériles. De plus, lorsqu’il y a des graines viables, elles peuvent ne pas donner des résultats identiques à l’arbuste parent dont elles sont issues, que ce soit en termes de vigueur ou de caractéristiques.

A close up horizontal image of the yellow blossoms of forsythia fading and setting seed pictured in light sunshine on a soft focus background.

Cela dit, pour ceux qui aiment les défis, vous pouvez vous essayer à la multiplication des graines.

Récoltez vos propres graines en recueillant les gousses brunes qui apparaissent après la fin de la floraison au printemps, juste au moment où le feuillage pousse. S’il n’y a pas de gousses, vous avez un hybride stérile.

À l’intérieur de chaque gousse se trouvent quelques minuscules graines que vous pouvez récolter et conserver dans un bocal hermétique jusqu’à un an.

Semez-les dans du terreau stérile à une profondeur d’un huitième de pouce, en les espaçant de quatre à six pouces. Vous pouvez sursemer pour augmenter les chances de germination et éclaircir plus tard si vous le souhaitez.

Placez les conteneurs de graines dans un endroit bien éclairé, mais à la lumière indirecte du soleil.

Certaines personnes mettent un film plastique sur les cellules de démarrage des graines, ou un sac plastique sur un pot de fleurs, pour augmenter l’humidité ambiante et accélérer la germination.

Une fois que les graines ont germé, retirez le plastique, sinon les semis risquent de surchauffer et de mourir.

Maintenez le sol uniformément humide, mais pas détrempé, pendant la germination.

Repiquez les semis dans le jardin à la fin du printemps, après que le danger de gel soit passé.

Prévoyez un pouce d’eau par semaine s’il ne pleut pas.

Renforcez la couleur

Si vous avez déjà un buisson de forsythia, pourquoi en acheter plus quand vous pouvez propager le vôtre ? C’est rentable, facile et amusant pour toute la famille.

Essayez de pratiquer la stratification aérienne, la division, l’enracinement des boutures de tige et la stratification des pointes.

Faites passer vos forsythias de l’état « normal » à « pas possible » avec plusieurs arbustes pour obtenir des masses de fleurs jaunes qui ne disent pas seulement le printemps, mais le crient.

Avez-vous essayé l’une de ces méthodes de propagation ? Faites-nous en part dans la section des commentaires ci-dessous !

Et pour plus d’informations sur la culture du forsythia dans votre paysage, nous vous suggérons de consulter ensuite les guides suivants :

5 causes communes du jaunissement des feuilles de forsythia7 raisons pour lesquelles les forsythias ne fleuriront peut-être pasConseils de soins pour les forsythias endommagés par le froid

Facebook

Twitter

Pinterest

© Ask the Experts, LLC. TOUS DROITS RÉSERVÉS. Voir nos CGU pour plus de détails. Photos non créditées : Shutterstock.

Le poste 5 façons de propager votre propre forsythia est apparu en premier sur Le chemin du jardinier.

Cet article a été rédigé par Nan Schiller et traduit par Lescarrespotagers.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Lescarrespotagers.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.