Menu Fermer

Un jardin glacé à l’occasion de mon 15e anniversaire de blog

14 février 2021

J’ai lancé ce blog il y a 15 ans aujourd’hui, un cadeau de la Saint-Valentin pour moi, alors que je rejoignais la communauté des jardiniers en ligne. Au début Creuser, c’était documenter et partager des photos de mon jardin de cottage d’Austin, qui J’ai laissé derrière moi il y a 13 ans lorsque nous avons déménagé dans notre maison actuelle. Je tiens toujours un blog pour documenter l’évolution de mon jardin, ainsi que mes visites dans les jardins et les parcs dans le monde entiermais il est devenu bien plus qu’un simple blog. Le blog me met en contact avec d’autres jardiniers, proches ou lointains. Il m’a fait connaître certains de mes meilleurs amis. Il m’a permis de trouver des débouchés professionnels dans le domaine du design, en écrivant à, auteuret photographie et m’inspire pour planifier des événements qui rassemblent les amoureux du jardin pour amusement et éducation.

Quel monde merveilleux s’est ouvert au blogage, et je n’y serais pas resté si longtemps sans VOUS – vous qui lisez ceci ; vous qui avez fait des commentaires une fois ou régulièrement au fil des ans, me rappelant qu’il y a quelqu’un au-delà de l’écran rougeoyant ; vous qui avez partagé mon enthousiasme pour faire de nos cours et de nos villes un endroit plus beau et plus accueillant pour nous et autres créatures. Que vous ayez participé à la course pendant 15 ans ou que vous ayez pris 15 secondes pour lire ce post, un grand merci pour votre présence !

Vous vous demandez peut-être quel est le rapport avec la glace au Texas ? Rien du tout. C’est juste que ce blog de la Saint-Valentin est le plus hivernal que j’ai jamais vécu en tant que jardinier. Il a commencé jeudi avec une pluie froide qui a gelé sur les branches des arbres et autres feuillages. Le soir, le jardin tintinuait et craquait sous le poids de la glace.

Partout à Austin, les arbres ont commencé à se fendre et à perdre d’énormes branches. Vendredi, une branche géante est tombée d’un de nos chênes vivants récemment élagués sur la pelouse de notre voisin – le deuxième jour de la mise en vente de sa maison. Heureusement, ni cette chute ni le temps glacial n’ont empêché un flot d’acheteurs potentiels de voir la maison, qui est déjà en attente – preuve une fois de plus que le marché immobilier d’Austin est chaud.

Dieu merci, la branche tombée a manqué le jardin, même si je crains que les mouches du bambou et le chèvrefeuille mexicain sous l’arbre ne soient de toute façon grillés.

Les plantes indigènes comme le nolina du Texas et le figuier de Barbarie s’en sortiront, même si elles risquent de subir des dommages et de dépérir. Avec un minimum de 5F et une semaine de températures inférieures au point de congélation prévues, sans parler de la glace et de la neige à venir, je n’ai vraiment aucune idée de la situation de mes différentes plantes.

En dehors des arbres, je suis surtout préoccupé par mes agaves, comme la langue de cette baleine, et mon sotol (Dasylirion longissimum) sans dents (c’est-à-dire exposé), planté dans un tuyau. Il n’y a rien à faire, si ce n’est attendre et voir.

Ma clôture à chevreuils pour éviter les dégâts causés par les bois est toujours en place autour de certaines plantes vulnérables, comme cet agave « Green Goblet », et elle est suspendue avec des petits glaçons. C’est drôle comme l’orangette peut passer du cerf à un froid intense en quelques jours. La fougère sétaire qui se trouve près des marches en pierre est à coup sûr disparue. Mais je ne m’inquiète pas pour la laîche. Je suppose qu’elle se portera bien. Ne me donnez pas tort, Mère Nature !

Le lit de la rue est bas. Le romarin, la sauge de Jérusalem, le palmier éventail méditerranéen, le bambou muhly – tout cela est probablement mort aussi. J’espère que les palmiers et la muhly survivront d’une manière ou d’une autre à partir des racines.

Salvia greggii glacée – probablement assez résistante pour le faire.

Je n’ose même pas explorer sous les arbres très longtemps, pas avec de la glace qui recouvre encore de lourdes branches.

Je m’interroge sur les oiseaux, les lézards et autres animaux sauvages pendant cette semaine glaciale. Trouveront-ils un abri et de la nourriture ? Je suis reconnaissante de ne pas avoir pu couper tout le jardin d’un seul coup, il y a donc encore beaucoup de végétation pour abriter les petites créatures. Je n’étais arrivé qu’à une seule section du jardin avant que les prévisions ne me convainquent d’arrêter la coupe.

Le houx indigène de l’opossumhaw (Ilex decidua) est toujours chargé de baies congelées si des oiseaux affamés viennent le chercher.

Dans le jardin de derrière, mon cyprès d’Arizona « Blue Ice » (Cupressus arizonica var. glabra) s’affaisse morosement sur le chemin. Avec plusieurs centimètres de neige, je crains de me casser encore plus les membres. C’est un sentiment d’impuissance que de voir des plantes adorées testées comme ça.

Des feuilles congelées sur ma plus grande rostrata de Yucca. Je pense que les yuccas seront bons. Ils sont résistants à l’hiver. Les buis « Winter Gem » devraient aussi être en bon état, mais je m’inquiète pour quelques nouveaux buis que je viens de planter ailleurs dans le jardin.

Plus de membres en bas dans le jardin inférieur. La langue de la baleine en pot, l’agave et les agaves de calamars du jardin circulaire vont-ils faire l’affaire ? Je crains qu’ils n’y parviennent pas.

Notre arbre à mousse en boule – je veux dire le myrte de Crape – est argenté par la glace, tout comme les chênes vivants de l’autre côté. Un monticule de plastique noir, maintenu par une chaise de patio, protège la fontaine vidée de l’eau glacée.

C’est une scène assez différente de celle de la vue de nuit J’ai partagé dans mon dernier billet.

J’imagine que c’est l’adieu au bambou « Alphonse Karr », ainsi qu’à un trio d’aloès en savon (recouvert d’une feuille) que j’ai depuis plus de dix ans.

Ce sera un jardin plus fin et plus petit ce printemps. Pas de mensonge – c’est nul. Mais c’est comme ça que ça se passe parfois. Où que vous soyez (mes lecteurs de l’hémisphère nord), j’espère que votre jardin est bien bordé, sans parler de vous, et que vous appréciez un peu de chocolat de la Saint-Valentin. Je vais faire de même.

Vos commentaires sont les bienvenus ; veuillez faire défiler la page jusqu’à la fin de ce billet pour en laisser un. Si vous lisez ceci dans un courriel d’abonnement, cliquez ici pour visiter le site Digging et trouvez la boîte de commentaires à la fin de chaque message.

_______________________

Creuser plus profondément : Nouvelles et événements à venir

Nouveau au centre du Texas ? Découvrez les plantes indigènes du Texas et des conseils de jardinage dans « Jardinage pour les nouveaux arrivants, » une classe virtuelle au Lady Bird Johnson Wildflower Center le 6 mars, de 9 à 11 heures. Le coût est de 35 dollars, avec une réduction offerte aux membres du jardin.

Inscrivez-vous à la liste de diffusion pour Étincelle de jardin! Envie d’en savoir plus sur l’art des jardins ? Quelques fois par an, j’organise à Austin une série de conférences de concepteurs de jardins, d’architectes paysagistes et d’auteurs inspirants. (Les conférences en personne sont actuellement interrompues en raison de la pandémie, mais je compte les reprendre dès que possible). Les conférences sont des événements à participation limitée qui se vendent rapidement, alors inscrivez-vous à la liste de diffusion électronique de Garden Spark pour être averti à l’avance. Il suffit de se rendre à l’adresse suivante : cliquez sur ce lien et demandez à être ajouté.

Tout le matériel © 2021 par Pam Penick pour Creuser. Toute reproduction non autorisée est interdite.

Le poste Un jardin glacé à l’occasion de mon 15e anniversaire de blog est apparue pour la première fois le Creuser.


Cet article a été rédigé par Pam/Digging et traduit par Lescarrespotagers.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Lescarrespotagers.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.