Menu Fermer

Comment traiter l’oïdium à l’aide de remèdes maison et biologiques

Si vous vivez dans une zone tempérée, il y a de fortes chances que vous ayez rencontré de l’oïdium dans votre jardin.

L’oïdium est une menace mondiale, avec des centaines d’espèces de champignons qui peuvent en être la cause, et la capacité d’infecter plus de 10 000 espèces de plantes.

A close up vertical image of a leaf suffering from a bad case of powdery mildew, a fungal infection that can be treated with homemade and organic remedies. To the center and bottom of the frame is green and white printed text.

Selon le maître jardinier Jim Cooper de la Extension de l’université de l’État de WashingtonOn estime que, si l’on tient compte de la perte totale de rendement et de croissance des plantes, l’oïdium est la maladie végétale qui entraîne les pertes les plus importantes dans les champs et les jardins des agriculteurs.

Les feuilles infectées apparaissent sous forme de taches blanches ou grises dans les premiers stades d’une infection. Elles peuvent rapidement s’élargir pour recouvrir complètement les parties de la plante infectée d’une vilaine brûlure.

Bien que ces champignons ne tuent généralement pas leurs hôtes, ils les affaiblissent.

Cependant, il y a de l’espoir !

En plus des conditions météorologiques et des symptômes à surveiller, si vous cherchez un remède maison ou un traitement biologique, lisez ce qui suit.

Il existe de nombreuses options que je vais aborder dans ce guide, comme suit :

Ce que vous apprendrez

Les bases de l’oïdium
Qu’est-ce que l’oïdium ?
Comment ces champignons attaquent leur hôte

Conditions d’infection
Symptômes
Types de plantes touchées
Comment lutter contre l’oïdium sans recourir aux fongicides conventionnels
Contrôles culturels
Lait
Bicarbonate de sodium et de potassium
Soufre
Biofongicides
Cuivre

Il y a de l’espoir dans la lutte contre l’oïdium

Les bases de l’oïdium

Les champignons qui causent l’oïdium sont inhabituels dans la mesure où ils ont besoin que leurs hôtes soient vivants, en raison de la relation intime qu’ils entretiennent avec les plantes.

A close up horizontal image of a green leaf suffering from a very bad infection of powdery mildew, pictured on a soft focus background.

On pense que c’est la raison pour laquelle ils ne tuent pas leur hôte. Ils ont besoin des nutriments de la plante pour survivre.

Et contrairement à la plupart des types de champignons, ils provoquent des cas de maladie plus graves par temps chaud et sec.

Un cas bénin peut disparaître de lui-même. Mais sans l’intervention du jardinier et un peu plus de CCM, une infection grave peut signifier la fin de vos précieuses plantes.

Qu’est-ce que l’oïdium ?

L’oïdium est le nom donné à la maladie causée par des centaines d’espèces de champignons de l’ordre des Erysiphales.

Ce nom vient de la poudre blanche à grisâtre ressemblant à du talc que vous remarquerez sur les feuilles des plantes infectées. Cette poudre est une combinaison de spores et de mycéliums (fils fongiques).

A close up horizontal image of a tomato plant suffering from a fungal infection called powdery mildew, pictured in light filtered sunshine on a soft focus background.

La taxonomie des champignons dans cet ordre était révisée en profondeur basée sur de nouvelles données de séquences d’ADN au début des années 2000, de sorte que vous pouvez parfois voir un nom actuel ainsi qu’un ancien nom pour le type de champignons connus pour causer cette maladie dans une plante donnée.

Comme de nombreux champignons, ces agents pathogènes se reproduisent à la fois sexuellement et asexuellement. Ces stades sont très différents les uns des autres – dans la mesure où il existe des noms scientifiques différents pour chacun d’entre eux.

Les spores du stade asexué propagent la maladie, tandis que le stade sexuel produit des fructifications qui sont importantes pour l’hivernage. Ces fructifications étaient autrefois appelées cléistothèques, mais sont maintenant appelées chasmothèques.

Parmi les types les plus courants, on trouve le Podosphaera qui infecte les roses et le Golovinomyces qui attaque les cucurbitacées. L’oïdium est commun partout où l’on cultive des cucurbitacées, c’est pourquoi le jardinage vertical est souvent recommandé pour améliorer la circulation de l’air.

Comment ces champignons attaquent leur hôte

Alors que les fils fongiques de presque toutes les espèces poussent à la surface des feuilles, ces champignons envoient des structures spécialisées qui vivent à l’intérieur des cellules de la plante pour siphonner leurs nutriments. Ces structures ressemblant à des racines sont appelées haustoria.

En raison de cette relation spécialisée, la plupart des oïdium sont spécifiques à leurs hôtes. Ces champignons n’attaquent aucune plante de la région comme beaucoup d’autres agents pathogènes qui s’attaquent à une grande variété d’espèces (L'anthracnose et la moisissure blanche viennent à l’esprit).

En d’autres termes, ce n’est pas parce que le champ d’orge voisin présente des signes d’oïdium que vos roses y succomberont également. En revanche, les concombres et les courgettes peuvent être infectés par la même espèce de champignons.

Conditions d’infection

Contrairement à la plupart des pathogènes fongiques, toutes les espèces qui causent l’oïdium peuvent infecter leur hôte en l’absence d’eau libre.

En fait, l’eau libre peut tuer les spores de la plupart des types de champignons qui causent l’oïdium et inhiber la croissance du mycélium.

Cependant, l’eau présente dans l’air (humidité) est nécessaire à la germination des spores. Ces champignons provoquent les infections les plus graves lorsque l’humidité de l’air est élevée la nuit et faible le jour.

La formation de spores est favorisée par une humidité élevée, tandis que la dispersion des spores est accélérée lorsque l’humidité est faible.

Des températures modérées de l’ordre de 70 à 80°F favorisent l’infection. C’est pourquoi l’oïdium est souvent un problème au printemps et à l’automne, quand il y a de grandes différences de température entre le jour et la nuit dans de nombreuses régions.

Si les spores sont souvent propagées par le vent, les insectes comme les les pucerons peuvent propager l’infection car ils se nourrissent de plantes.

L’infection est fréquente dans les plantations surpeuplées où la circulation de l’air est mauvaise, et dans les zones ombragées et humides.

Alors que les plantes saines sont souvent capables d’éviter une infection ou de se rétablir d’elles-mêmes, les plantes stressées qui poussent dans des endroits inappropriés ou qui sont mal ou pas du tout soignées peuvent être plus facilement victimes de cette maladie fongique.

Symptômes

La plupart des infections présentent d’abord des taches blanches ou grisâtres sur la face supérieure des feuilles et sur les nouvelles pousses tendres. Certains jardiniers affirment que cela ressemble à un saupoudrage de farine.

A close up horizontal image of a purple morning glory flower growing up a wall with the foliage suffering from a fungal infection called powdery mildew.Photo par Helga George.

Les feuilles inférieures sont le plus souvent touchées. Cependant, à mesure que les taches augmentent en taille, le mildiou peut se propager dans toute la plante.

Les fleurs, les jeunes fruits, les bourgeons et les jeunes tiges peuvent tous être infectés, et les champignons peuvent passer l’hiver à l’intérieur des bourgeons dans les climats plus chauds.

À mesure que l’infection progresse, les champignons produisent des structures de fructification de la taille d’une tête d’épingle. Ils commencent par être blancs avant de devenir jaune-brun puis noirs.

Les feuilles peuvent se tordre et se déformer avant de se flétrir et de mourir.

A close up horizontal image of the foliage of delphinium plants suffering from powdery mildew, pictured on a soft focus background.Photo par Helga George.

La perte de feuilles peut entraîner l’échauffement des fruits sur les plantes. Il s’agit d’un problème particulier avec des cucurbitacéesLes plantes infectées ont tendance à produire des fruits qui ont tendance à se brûler au soleil, ont un mauvais goût et se conservent mal.

Certains types de succulentes présentent des symptômes différents lorsqu’elles sont infectées par l’oïdium. Les infections sur le sedum peuvent se manifester par des taches brunes croûteuses, par exemple, tandis que le kalanchoe peut développer des taches brunes liègeuses.

Oïdium sur les plants de tomate commence souvent par des taches foliaires jaune pâle qui se transforment en une croissance blanche et poudreuse typique.

Types de plantes touchées

À l’exception des gymnospermes, tels que les conifères, la plupart de vos plantes risquent d’être infectées par l’oïdium si les conditions sont favorables.

A horizontal image of a row of tomato plants growing in a greenhouse suffering from powdery mildew, pictured in light filtered sunshine.

Une petite liste de plantes sensibles se lit comme un who’s who du monde végétal.

Les plantes ornementales qui peuvent faire face à cette attaque comprennent les asters, le baume d’abeille, les bégonias, les dahlias, les delphiniums, les hibiscus, les lilas, les chrysanthèmes, les pivoines, les roses, les plantes grasses, la verveine et les zinnias, tandis que les fruits et légumes comprennent les haricots, les betteraves, les carottes, les cantaloups, les concombres, les aubergines, les raisins, les oignons, les panais, les pois, les poivrons, les citrouilles, les courges, les fraises, les tomates et les pastèques.

Même vos herbes ne sont pas sans danger – la coriandre et le romarin peuvent être infectés – tout comme vos arbres fruitiers, notamment pommes et les avocats.

Cette maladie peut également se manifester à l’intérieur, sur des plantes d’intérieur comme les violettes africaines et les poinsettias.

Il convient également de noter que certaines plantes sont connues pour être très sensibles à l’oïdium dans de bonnes conditions, tandis que d’autres – comme le phlox annuel et les Belladonna delphiniums – présentent une résistance naturelle.

Gardez un œil sur les cultivars résistants de planter dans le jardin, et d’éviter d’autres plantes connues pour succomber plus facilement à cette maladie, comme Sedum ‘Matrona’.

Comment lutter contre l’oïdium sans recourir aux fongicides conventionnels

La bonne nouvelle, c’est que les infections par l’oïdium sont généralement bénignes. Sinon, les plantes saines se rétablissent souvent d’elles-mêmes après des changements de temps, et avec des soins appropriés pour améliorer la circulation de l’air.

Le traitement est souvent inutile.

Pour les infections graves ou un problème généralisé dans le jardin, il existe des options de traitement qui évitent l’utilisation de fongicides conventionnels.

L’utilisation fréquente de fongicides peut conduire à la le développement de la résistance des champignons. Cela a des implications à la fois pour l’agriculture et la santé humaine.

Contrôles culturels

Beaucoup d’entre vous ont probablement eu une plante de romarin qui a succombé à ce mal. Pourquoi ?

Il est souvent évident qu’il faut tuer ses plantes avec un peu trop d’amour et s’attaquer au problème avec la mauvaise solution, généralement en les arrosant trop ou trop peu.

A horizontal image of a row of tomato plants growing in a greenhouse suffering from powdery mildew, pictured in light filtered sunshine.

Bien que le champignon lui-même ait besoin d’un hôte vivant pour vivre, et bien que son but ne soit peut-être pas de tuer votre romarin adoré, le dilemme est que les plantes stressées sont plus sujettes à l’infection.

Sans soins appropriés, vous rendez un mauvais service à vos plantes et vous ouvrez la voie aux maladies, ainsi qu’à d’autres problèmes tels que les infestations de parasites, ou l’incapacité à produire des fleurs magnifiques ou des rendements élevés.

C’est là que les contrôles culturels entrent en jeu.

Un élément clé du jardinage biologique et la lutte intégrée contre les parasites (IPM), les contrôles culturaux sont les éléments de l’agriculture et du jardinage qui traitent des modifications de l’environnement de culture.

Il peut s’agir de modifier le contenu nutritionnel ou le pH du sol, d’arroser plus ou moins, et de s’assurer que les plantes reçoivent l la bonne quantité de lumière du soleil.

Donner aux plantes les conditions nécessaires à leur croissance est essentiel pour les garder en bonne santé, heureuses et, espérons-le, exemptes de maladies.

Un espacement adéquat est un autre facteur important à prendre en compte, et si vous avez ignoré ces Zones de rusticité de l’USDA et les périodes de plantation recommandées pour votre région jusqu’à présent, soyez attentifs : même si vous pouvez soigner une plante tropicale pendant l’automne dans un climat froid, ou si vous n’êtes « qu’à » deux zones de ce qui était indiqué sur l’étiquette de la plante, ces recommandations sont là pour une raison.

Le feuillage humide et dense étant plus sensible aux infections, taillez le feuillage selon les besoins pour favoriser une bonne circulation de l’air.

Le soleil est l’ennemi des maladies fongiques, en général, alors assurez-vous de donner aux plantes le niveau d’exposition au soleil dont elles ont besoin pour se développer, que ce soit à l’ombre, en partie ou en totalité.

A close up horizontal image of a cucumber plant in a raised bed suffering from powdery mildew, a fungal infection that can be treated by homemade or organic remedies.

L’arrosage en hauteur est parfois recommandé comme moyen de prévenir cette maladie, mais d’autres le déconseillent fortement, car il augmente l’humidité à l’intérieur de la plante. Une telle augmentation de l’humidité pourrait encourager l’infection, ou augmenter la gravité d’une infection existante.

Suivez notre conseil : veillez toujours à arroser les plantes au niveau du sol et évitez de mouiller le feuillage. Il est généralement préférable d’arroser tôt dans la journée (plutôt que la nuit), car les plantes auront le temps de sécher avant la tombée de la nuit.

Les tissus luxuriants et nouvellement formés sont plus sensibles à l’oïdium. Par conséquent, si vous avez un problème avec cette maladie dans votre jardin, évitez de fertiliser avec de l’azote à la fin de l’été, et faites toujours attention à ne pas surfertiliser vos plantes avec cet élément nutritif.

Si vos plantes sont infectées, taillez les tissus malades et détruisez-les. Ne les mettez pas dans votre tas de compost, sinon l’infection pourrait se propager à d’autres parties de votre jardin.

Les spores dormantes peuvent rester sur la matière végétale et les mauvaises herbes avoisinantes peuvent également servir d’hôtes. Veillez à ce que vos plates-bandes et bordures de jardin restent propres et exemptes de mauvaises herbes.

Selon Dr Gary Moorman à la Penn State ExtensionCertains cultivateurs qui font pousser leurs récoltes en serre arrosent les feuilles des plantes sensibles avec de l’eau pendant la journée, lorsque l’humidité est faible. Il a été démontré que cette méthode est efficace pour inhiber les infections par l’oïdium, puisque les spores ne germent pas en présence d’eau.

Mais cette pratique peut considérablement augmenter les chances des plantes de contracter d’autres types de maladies, comme les infections fongiques des feuilles. Nous ne la recommandons pas.

Lait

La pulvérisation de lait sur les zones des plantes qui présentent des symptômes aidera à lutter contre l’oïdium, en particulier si elle est appliquée aux premiers stades d’une infection.

Cette technique est utilisée par de nombreux producteurs biologiques dans le monde entier, et s’est révélée efficace dans des études menées depuis plus de 60 ans sur les tomates, vignesdes pommes, les citrouilles et autres types de courges d’hiverles concombres, courgetteset d’autres types de plantes.

Les résultats de l’une des études susmentionnées sur les citrouilles et les courges à gland ont indiqué que ce produit facilement disponible pouvait fournir un contrôle similaire à celui obtenu par l’utilisation de fongicides chimiques conventionnels, alors que les applications de thé de compost n’ont pas été jugées efficaces. Le traitement au lait était plus efficace aux premiers stades de l’infection.

Le conseil le plus courant est de diluer le lait dans un rapport de 1:10 avec de l’eau et de le pulvériser sur vos plantes dès les premiers signes d’infection.

Le lait en poudre ou liquide peut être utilisé. Cependant, selon les recherches disponibles à ce jour, des concentrations plus élevées de lait peuvent s’avérer les plus efficaces.

Essayez un mélange 50/50 de lait liquide et d’eau pour les infections modérées à graves, ou même du lait entier si vous n’avez pas une grande surface à couvrir.

Certains experts affirment que le lait cru ou biologique est le meilleur, et que les matières grasses du lait entier ou du lait à 2 % peuvent faire obstacle au traitement, tandis que d’autres prétendent que le type de lait utilisé ne fait aucune différence.

Ajoutez le liquide dans un vaporisateur et assurez-vous de couvrir toutes les zones affectées de vos plantes, y compris les tiges et le dessous des feuilles. Continuez d’appliquer le produit deux fois par semaine jusqu’à ce que vous constatiez des résultats, et n’oubliez pas de renouveler l’application si vous avez eu de la pluie.

Vous ne devriez pas avoir à vous soucier des taches de lait sur les feuilles des plantes (moins disgracieuses que le mildiou, du moins, si vous en voyez), bien que le spray puisse développer une odeur aigre sous le soleil brûlant. C’est mieux que d’avoir des plantes malades sur les mains, bien sûr !

Le lait peut également contribuer à prévenir les infections si vous le vaporisez chaque semaine sur vos plantes.

Bicarbonate de sodium et de potassium

Les chercheurs testent l’efficacité du bicarbonate de soude comme fongicide depuis le début des années 1930 et ont constaté qu’il est inefficace comme fongicide sur les plantes, bien qu’il puisse inhiber la croissance des moisissures en laboratoire.

Selon le Dr Linda Chalker-Scott, professeur associé de pathologie végétale et spécialiste de la vulgarisation à Université de l’État de WashingtonIl peut être utile pour éviter que les fruits et légumes récoltés ne pourrissent.

Mais nous ne pouvons pas le recommander comme traitement contre l’oïdium.

A close up of the packaging of MilStop, a foliar fungicide for plants.

MilStop, fongicide biologique

Toutefois, certains fongicides combinent le composé étroitement apparenté, le bicarbonate de potassium, avec des composants supplémentaires. L’un de ces produits est le Kaligreen. Un autre est MilStop, qui est disponible auprès d’Arbico Organics.

Ces deux formulations sont répertoriées par l’Organic Materials Review Institute (OMRI) comme étant approuvées pour les producteurs biologiques et sans danger pour l’utilisation domestique. Lisez les étiquettes des produits pour connaître les instructions d’application.

Soufre

Le soufre est un fongicide classique qui est efficace pour lutter contre l’oïdium, mais le problème est qu’il doit être appliqué de manière préventive, avant l’apparition des symptômes. Vous pouvez le pulvériser sur les plantes que vous savez sensibles, pour prévenir l’infection.

Il est considéré comme l’un des produits les plus efficaces et les moins chers à utiliser contre les champignons qui provoquent cette maladie.

De nombreuses étiquettes de produits contenant du soufre indiquent qu’il peut être appliqué immédiatement au début de l’infection, mais les résultats peuvent varier.

Certains produits en poudre contiennent des tensioactifs, pour faciliter leur mélange avec l’eau et leur pulvérisation sur les plantes.

A close up vertical image of the packaging of Bonide Sulfur Plant Fungicide.

Fongicide pour plantes à base de soufre Bonide

Le fongicide pour plantes à base de soufre Bonide est disponible auprès d’Arbico Organics. Cette formulation peut être appliquée sous forme de poussière ou mélangée à de l’eau et appliquée avec un pulvérisateur à pression.

Les pulvérisations doivent généralement être effectuées chaque semaine et après la pluie, mais cela dépend en partie du type de plante que vous traitez.

Ne pas appliquer de soufre sur les plantes qui ont été traitées avec des huiles horticoles pendant au moins deux semaines, et éviter l’application si l’on prévoit des températures supérieures à 80°F.

Certains jardiniers choisissent également de brosser ou de saupoudrer des produits à base de soufre sur les feuilles de leurs plantes, mais il est important de noter que ces produits peuvent être irritants pour les yeux et la gorge, et ne conviennent pas à tous les types de plantes.

Veillez à porter une protection adéquateet lisez attentivement les étiquettes de tous les produits avant de les utiliser. L’utilisation doit être évitée sur certains types de pommes, de raisins, courges et melons.

BioFongicides

Il existe un certain nombre de types de microbes différents qui sont commercialisés pour lutter contre cette maladie et qui sont approuvés par l’OMRI comme étant biologiques.

L’un des avantages des biofongicides est qu’ils ne laissent pas de résidus toxiques et que les champignons sont beaucoup moins susceptibles d’y devenir résistants.

Le principe actif de l’Actinovate AG est une souche très étudiée de Streptomyces lydicustandis que le Double Nickel 55 LC et le WDG contiennent la bactérie de biocontrôle communément utilisée Bacillus amyloliquefacienstout comme Serifel et Taegro 2.

Aviv, Companion et Serenade Opti contiennent différentes souches de Bacillus subtilis.

A close up square image of a plastic container of CEASE, a biological fungicide for use on plants.

Cessez, Biofongicide

Arbico Organics vend une formulation de ces bactéries appelée Cease qui est efficace contre ce type de maladie fongique.

Tous ces microbes sont pulvérisés sur les feuilles, généralement une fois par semaine, mais aussi souvent que tous les trois jours si vous choisissez d’utiliser Cease pour traiter les infections actives. Là encore, lisez toujours les étiquettes des produits et suivez les instructions d’application recommandées.

Cuivre

Le cuivre est un fongicide courant qui peut être efficace contre l’oïdium, et il peut également être utilisé pour lutter contre certains types de bactéries. De nombreuses préparations sont certifiées biologiques.

Cependant, certains experts affirment que son efficacité est limitée, notamment par rapport au soufre.

A close up vertical image of the packaging of a plastic spray bottle containing copper fungicide for treating plants, on a white background.

Cuivre liquide Bonide

Arbico Organics vend Fongicide liquide au cuivre Bonideun octanoate de cuivre en spray à faible concentration. Il s’agit d’une forme de cuivre qui est liée à un savon.

La formulation prête à l’emploi s’accroche à votre tuyau, puis vous la pulvérisez sur vos plantes. Elle est plus efficace si vous l’appliquez de manière préventive, comme pour le soufre.

Si votre plante est infectée, appliquez du cuivre dès que vous remarquez des symptômes, et répétez l’opération tous les sept à dix jours. Veillez à pulvériser le dessus et le dessous des feuilles, et renouvelez l’application en cas de pluie.

Classé comme « légèrement toxique » par l’EPA, assurez-vous de suivre attentivement les instructions du produit, de couvrir la peau exposée et d’éviter tout contact avec les yeux ou toute inhalation lors de l’application de ce produit.

Le cuivre est toxique pour les poissons, aussi ne l’utilisez pas à proximité des étangs ou des cours d’eau.

Il y a de l’espoir dans la lutte contre l’oïdium

N’ayez pas peur si vous voyez des pousses poudreuses sur vos plantes. De telles infections sont traitables et vous n’avez même pas besoin d’utiliser des fongicides conventionnels.

Une série d’options sont disponibles, et beaucoup d’entre elles sont certifiées biologiques.

Cependant, comme la plupart des traitements, ils sont plus efficaces si vous attrapez une infection à un stade précoce.

Si vous avez eu des problèmes répétés d’oïdium dans votre jardin, envisagez de planter des variétés résistantes de vos fleurs, fruits et légumes préférés l’année prochaine. Description des cultivars dans les catalogues et sur les sachets de semences comprendra ces informations.

De nombreux types de produits ont été élevés pour résister à cette maladie, notamment certains les variétés de concombres et d’autres cucurbitacées comme citrouilles, cantaloupet divers types de courges d’étéainsi que choux de bruxelles, haricots de brousseet fraisespour n’en citer que quelques-uns.

Les cultivars de fleurs annuelles et vivaces résistantes comprennent certains types de baume d’abeille, les Susans aux yeux noirs, delphiniumsLes géraniums, le phlox, la salvia, la verveine et les zinnias.

Avez-vous combattu l’oïdium dans votre jardin ? Si oui, partagez vos expériences avec nous dans les commentaires ci-dessous.

Si vous cherchez plus d’informations sur les maladies végétales courantesPour en savoir plus, consultez les guides suivants :

Comment prévenir et gérer les Aster Yellows
Qu’est-ce que l’amortissement et comment l’éviter ?
0partsFacebookTwitterIntérêt

Photos par Helga George © Ask the Experts, LLC. TOUS DROITS RÉSERVÉS. Voir nos TOS pour plus de détails. Photos de produits via Arbico Organics. Photos non créditées : Shutterstock. Avec rédaction et montage supplémentaires par Allison Sidhu.

Le poste Comment traiter l’oïdium à l’aide de remèdes maison et biologiques est apparue pour la première fois le Le chemin du jardinier.

Cet article a été rédigé par Helga George, PhD et traduit par Lescarrespotagers.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Lescarrespotagers.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.