Menu Fermer

Pouvez-vous congeler des tomates fraîches ? Conseils pour la conservation de votre récolte

Peut-on congeler des tomates fraîches ?

Réponse brève : oui.

A close up vertical image of a large pile of fresh, ripe tomatoes pictured in bright sunshine. To the center and bottom of the frame is green and white printed text.

Mais c’est l’un de ces moments où vous devez tenir bon pour la réponse à long terme.

Bien qu’il soit techniquement possible de conserver des produits locaux dans votre chambre froide jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus contenir, il existe souvent de meilleures options pour conserver une surabondance de tomates.

Je ne vais pas me retenir de donner des conseils sur cette question. J’ai des opinions – des opinions fortes, que j’ai formées au cours de mes nombreuses années d’expérience en tant que jardinier, cuisinier, conservateur d’aliments et personne frugale mais généreuse.

J’essaierai de ne pas être autoritaire. Mais je ne vais pas non plus vous laisser bannir d’excellents produits dans les profondeurs glacées de ce congélateur-bureau à débordement au sous-sol si vous ne vous en servez plus jamais pour cuisiner.

Et je ferai de mon mieux pour vous éviter l’erreur de débutant qui consiste à « monter » d’innombrables kilos de fruits géants coupés en morceaux que vous n’utiliserez jamais, alors que vous pourriez plutôt vous concentrer sur la préparation de confitures ou de salsas savoureux que vous aurez hâte de manger à l’avenir.

Je commencerai par les bases du frais-congélateur, car il y a des moments où c’est la meilleure option.

Allons-y – ces beautés mûres ne vont pas s’occuper d’elles-mêmes ! Voici ce que je vais couvrir :

Ce que vous apprendrez

Avantages et inconvénients
Des tomates fraîches qu’il ne faut jamais congeler
Tomates cerises et raisins
Méthode du bifteck ou de la trancheuse
Salsa de glacière sans cuisson
Confiture de tomates au congélateur
Utilisez-les
Une meilleure chance l’année prochaine

Avantages et inconvénients

Ce n’est pas pour rien que les cuisiniers et les jardiniers s’enthousiasment pour une mise en conserve à domicile de sauce ou de salsa, mais qu’ils ne sont pas très enthousiastes à l’idée de congeler leurs surplus :

Si vous pouvez congeler des tomates fraîches, cela modifie leur texture. Lorsque vous les décongelez, elles sont assez molles et peuvent aussi être assez aqueuses.

A close up horizontal image of a small reusable plastic bag filled with frozen yellow cherry tomatoes.Photo par Rose Kennedy.

Cette façon d’économiser des produits supplémentaires présente cependant des avantages considérables. Tout d’abord, c’est assez facile.

Pas besoin de bocaux ou de cuves d’eau bouillante, ni de canons à pression. De plus, pas d’esclavage sur un fourneau chaud !

Et contrairement aux versions au bain-marie des sauces en conserve, si vous prévoyez de mettre nouveaux héritages ou Roms dans le congélateur, vous n’avez pas à vous soucier d’équilibrer la teneur en acide pour assurer la sécurité de la fermeture.

Si vous voulez ajouter une botte d’ail, des oignons, des herbes ou même des huiles, vous êtes libre de le faire.

L’inconvénient majeur de cette méthode pour conserver le goût de l’été est la texture.

Lorsque vous travaillez avec de gros morceaux de tomates plus grosses avec la peau et les graines encore à l’intérieur, le résultat de la décongélation est généralement mou et mou. Elle ne convient généralement qu’à la préparation de soupes ou de ragoûts, ou encore à la préparation de tacos en petites quantités.

Lorsque vous envisagez de suivre cette voie, je vous conseille vivement de déterminer à l’avance la quantité de tomates nature que vous utilisez dans la cuisine ordinaire et la quantité supplémentaire que vous pourriez incorporer.

A close up horizontal image of frozen tomatoes and broccoli.

Si vous faites du chili deux fois par an, et que vous ajoutez peut-être des tomates à un jambalaya ou à un plat de fruits de mer à l’occasion, il est bon de ranger une poignée de sachets d’une ou deux tasses dans la vieille glacière.

Mais à moins que vous n’ayez l’intention de cuisiner avec des morceaux de tomates décongelées chaque semaine, arrêtez-vous là. Oh, vous pouvez toujours vous en procurer beaucoup pour la cuisine, mais faites-en un peu de provision avant qu’elles ne se retrouvent sur les étagères de stockage pour l’hiver.

Je vais vous faire part dans un instant de quelques bonnes stratégies en matière de produits frais à congeler, tout en vous orientant vers notre site frère, Foodalpour une méthode très utile de faire des concasses et des pico de gallo avec votre prime.

Mais d’abord, un avertissement : Parfois, il ne faut pas congeler son butin.

Fermez la porte de cet appareil, rangez le couteau à découper et rendez-vous à la banque alimentaire ou le tas de compost avec vos extras à la place. Lisez ce qui suit et suivez mes conseils pour gagner du temps, de l’argent et de l’espace.

Des tomates fraîches qu’il ne faut jamais congeler

Bien que cela puisse sembler être une solution rapide à un problème urgent, il y a de nombreuses fois où vous devriez simplement oublier d’essayer de gérer un surplus par le biais de la glacière.

Tout d’abord, je mentionnerai toutes les variétés achetées en magasin qui ne sont pas cultivées localement ou étiquetées en tant qu’héritage.

A close up of a pile of fresh red cherry tomatoes with light droplets of water on the surface of the fruit.

Les grandes variétés hybridées pour survivre au stockage et au transport entre la ferme (ou la serre) et le marché n’ont généralement pas assez de goût pour justifier leur sauvegarde.

Vous vous retrouverez avec des morceaux de pâte à modeler que vous n’ajouterez probablement jamais à une recette, alors pourquoi gaspiller l’espace de stockage ?

Ces produits achetés en magasin ne servent qu’à ajouter un peu de tomate à votre salade ou à votre sandwich, et non à fournir des ingrédients délicieux pour des repas substantiels dans les périodes d’affluence ou de pénurie à venir.

A close up top down horizontal image of a small plastic container filled with sliced, frozen tomatoes, on a white surface.

Les cépages que les producteurs expédient dans le monde entier ont également tendance à avoir des peaux assez dures, qui n’ont pas un goût ou une texture désirable après décongélation.

Les versions décongelées ne fondent pas non plus dans la sauce à cuisson lente. Elles conserveront plutôt la consistance, par exemple, de petits morceaux de pelure de pomme cuite. (Je le sais grâce à l’école de Vivre et Apprendre).

Mais avec les tomates que vous faites pousser vous-même, vous avez encore une chance de vous procurer quelques paquets décents que vous pourrez utiliser dans vos futurs ragoûts et sauces.

Même les variétés locales de « tranches » ou de steaks de bœuf se contentent d’être évidées, coupées en morceaux et congelées avec leur peau. Mais je ne recommanderais jamais d’essayer d’en conserver une grande boîte ou un seau.

Dans ce cas, ne faites l’effort qu’en dernier recours. À mon avis, il n’y a tout simplement pas assez de moyens attrayants pour les intégrer dans votre routine culinaire.

Je vous encourage à hacher, presser et éplucher un peu plus, ou peut-être même à faire un peu de cuisine pour tout surplus de type beefsteak. Et peut-être ajouter quelques ingrédients supplémentaires avant de les ranger.

Ainsi, vous aurez une sauce ou une salsa, ou même une confiture, qui vous attend pour être décongelée et dégustée à l’avenir.

Ce sera quelque chose que l’on attend avec impatience !

Si vous voulez « monter » un gros lot et que vous allez acheter des produits, essayez de choisir des tomates à chair épaisse, en « sauce » italienne ou d’autres variétés en pâte qui sont idéales pour la mise en conserve.

Celles-ci produiront la texture la plus moelleuse et le goût le plus robuste, que vous les cachiez telles quelles, avec la peau et tout, ou que vous les rôtissiez, les réduisiez en purée ou les réduisiez d’abord en une glorieuse concoction confite.

Tomates cerises et raisins

Je ne dis pas qu’il faut racheter le marché des agriculteurs dans le seul but de les fabriquer.

Mais il est pratique et bénéfique de congeler de minuscules tomates, à condition qu’elles passent le test « non vendues dans des chaînes de supermarchés par des producteurs qui vivent très, très loin ».

J’ai appris cette méthode dans le livre de cuisine « Food In Jars » de Marisa McClellan, disponible sur Amazon et Barnes et Nobleet j’ai été étonné de la simplicité de son fonctionnement.

Nourriture en bocal : Conserver en petits lots tout au long de l’année

En gros, vous lavez les variétés de cerises, de raisins ou de groseilles en question et vous les mettez de côté sur une serviette propre jusqu’à ce que les peaux soient sèches.

A close up horizontal image of freshly harvested yellow cherry tomatoes ready to place in the freezer.Photo par Rose Kennedy.

Ensuite, mettez-les sur une plaque à pâtisserie à bords super propres. (J’ai même utilisé un plateau de service à rebord pour une pincée.) Mettez la plaque dans la glacière et laissez-la là jusqu’à ce que les fruits soient congelés.

Si je suis pressé, je laisse les petites capotes vertes. Si j’ai une minute de plus, je les enlève pendant cette étape pour gagner du temps quand je suis prêt à les cuire.

A close up horizontal image of a tray of cherry tomatoes placed in the freezer.Photo par Rose Kennedy.

N’oubliez pas : il faut bien les enlever à un moment donné avant de cuisiner !

Utilisez un entonnoir ou une cuillère pour placer les orbes dans un petit bocal à couvercle vissé, résistant au congélateur.

Vous pouvez également les placer dans des conteneurs de stockage empilables sans BPA, comme ceux de la collection Brilliance de Rubbermaid, disponible sur Amazon.

Rubbermaid – Conteneurs de stockage à congélation

C’est tout ! Vous pouvez ajouter ce dont vous avez besoin directement dans une soupe ou un ragoût bouillant, alors qu’ils sont encore à l’état congelé.

Vous pouvez également les décongeler au réfrigérateur pendant la nuit pour les ajouter à un mélange de légumes et d’œufs, ou les ajouter à la mijoteuse avec un rôti et des légumes.

J’ai également eu de la chance en stockant les petits fruits congelés dans des sacs d’un gallon pour les mettre à plat et les empiler, ce qui peut être un véritable gain de place.

Tant qu’ils sont congelés à l’état solide lorsque vous les mettez dans le récipient de votre choix, vous serez en bonne santé. Sinon, ils resteront ensemble.

Méthode du bifteck ou de la trancheuse

Vous pouvez utiliser la même stratégie pour les tomates plus grosses, même les « Mr. Stripeys » ou les « Big Boys » de grande taille. Mais il faut d’abord les épépiner.

A close up horizontal image of a wooden bowl with a pile of ripe red tomatoes sprinkled with water droplets set on a wooden surface.

Et vous pouvez laisser les peaux et les couper en morceaux d’abord – ou non, comme vous le souhaitez.

Mais ne vous attendez pas à ce que le produit décongelé soit prêt à être servi en accompagnement. Lorsque vous décongelez des tomates fraîches surgelées, elles ont tendance à être un peu molles.

Ils ne sont pas très sophistiqués, mais vous pouvez les ajouter à une soupe de légumes maison, préparée lentement, ou les utiliser avec parcimonie dans le chili.

Il vous faudra cependant prendre quelques mesures supplémentaires pour les transformer en quelque chose qui ajoutera de la saveur et aura une bonne texture.

Si vous êtes prêt à travailler un peu plus, vous pouvez congeler des tomates fraîches sous une forme hachée, épépinée et pelée qui se prête à de nombreux plats délicieux.

A close up horizontal image of a small plastic bag containing tomato concasse, labelled, and ready to freeze.Photo de Nikki Cervone.

Des instructions plus détaillées sur cette méthode, appelée concasse, vous attendent sur notre site frère, Foodal.

En gros, il s’agit de blanchir les fruits mûrs dans de l’eau bouillante pendant 30 secondes, puis de les transférer dans un bain de glace. Une fois qu’ils ont refroidi, il est assez facile de les enlever de leur peau.

Ensuite, vous presserez les graines et le jus, ce qui élimine une grande partie de l’eau qui peut leur donner un goût un peu blabla quand vous les décongelez. Cela améliore vraiment la texture !

Et avant de stocker les fruits blanchis, vous les coupez d’abord dans une taille pratique pour ce que vous aimez le plus cuisiner. Pensez à la bruschetta, à la salsa ou peut-être aux omelettes – chacune d’entre elles nécessite une coupe de taille différente, alors assurez-vous de les étiqueter en conséquence lorsque vous les rangez.

Je suis tout à fait d’accord avec la concasse, parce que cela vaut la peine d’avoir des matrices plus savoureuses et mieux préparées pour dégeler pendant les mois d’hiver.

Mais j’interviendrai ici sur un autre point. Je ne peux pas résister, et si vous me connaissiez mieux, vous ne vous attendriez pas à ce que je…

J’ai l’impression que si vous êtes prêt à vous donner du mal pour blanchir, presser et hacher, autant aller un peu plus loin et préparer quelque chose que vous pourrez réchauffer et manger juste après la décongélation.

Vous trouverez ci-après deux autres suggestions faciles à mettre en œuvre.

Salsa de glacière sans cuisson

Si vous devez cueillir un bouquet de fruits, leur céder la place au comptoir, et déballer les couteaux et la planche à découper, à mon avis, autant sortir du mixeur et faire de la salsa.

A close up horizontal image of a glass jar filled with freshly made tomato salsa set on a cloth on a wooden surface. Scattered around the jar are fresh red peppers, garlic cloves and half a lime.

Ainsi, plusieurs semaines ou mois plus tard, vous pouvez simplement décongeler et continuer à préparer vos nachos ou autres.

J’aime cette recette de salsa au mixeur, que j’ai adaptée d’un autre ouvrage préféré de Marisa McClellan, « Preserving by the Pint », (La conservation à la pinte) disponible sur Amazon et de Barnes &amp ; Noble.

A close up vertical image of the cover of the book Preserving By the Pint: Quick Seasonal Canning for Small Spaces.

Préservation par la pinte : Mise en conserve saisonnière rapide pour les petits espaces

En gros, la différence entre sa recette et la mienne est que je ne suis pas prêt à peler ou à faire mijoter les tomates, ou à épépiner un piment, et elle l’est. Je dis : « Pas de travail supplémentaire !

Voici ce que vous faites pour obtenir quatre tasses au total :

1. Placez ce qui suit dans un mélangeur ou un robot ménager :

4 tasses de tomates évidées et hachées
1/2 tasse d’oignon haché
2 gousses d’ail hachées
1 grossièrement haché jalapeno ou le piment banane
2 cuillères à soupe de jus de citron vert frais ou de vinaigre balsamique blanc
Le zeste d’un citron vert
1 cuillère à soupe de sel en flocons ou de sel casher
Piment en poudre ou poivre de Cayenne, selon le goût (facultatif)

2. Faites-le jusqu’à ce que le mélange ait la texture de votre salsa préférée. Goûtez un peu et ajoutez du sel si nécessaire, ainsi que de la poudre de chili ou du poivre de Cayenne selon votre goût.

3. Divisez-le en petits récipients et placez-les dans la glacière. Veillez à laisser au moins un pouce d’espace en haut – la salsa se dilate à basse température.

Lorsque vous êtes prêt à le manger, laissez-le décongeler au réfrigérateur pendant huit à dix heures. Remuez et servez.

C’est aussi un bon complément de chili ou de soupe aux légumes si vous n’avez plus de sauce en conserve. (Pour ma part, je suis toujours à court de sauce en conserve !)

Si vous voulez vraiment vous faire plaisir, n’hésitez pas à porter la salsa décongelée à ébullition, puis à réduire le feu et à la faire mijoter pendant cinq minutes, selon la recette originale.

Vous n’avez pas le temps ou les ingrédients pour cela ? Je vous suggère de faire la partie tomate-sel-vinaigre, de la congeler, puis d’ajouter le reste et de la faire ronronner à nouveau dans le mixeur après l’avoir décongelée.

Confiture de tomates au congélateur

Si vous ne vous êtes pas aventuré dans le monde merveilleux des confitures surgelées, ce boisseau supplémentaire de légumes rouges bientôt pourris est une excellente excuse pour commencer.

A close up horizontal image of a glass jar with a spoon standing up in it, filled with fresh, homemade tomato jam, set on a wooden surface pictured in bright sunshine on a soft focus background.

Notre site frère, FoodalLa section « Confitures et gelées » couvre tout ce que vous devez savoir sur les différentes façons de faire des confitures et des gelées. Ils rendent les choses vraiment simples !

Et ce recette de la confiture de tomates, également de Foodalest une excellente option pour la congélation.

Si vous aimez ce genre de projets de cuisine, la recette suivante est un autre excellent choix pour préserver cette récolte exceptionnelle, tasse par tasse.

Il se conserve jusqu’à un an au congélateur, et il est super savoureux sur les bruschettas, dans les omelettes, et, si j’ose dire, sur les biscuits chauds !

Cette version est également tirée de « Preserving by the Pint », mais je vais vous en donner la version courte :

Lavez une pinte de tomates raisins de marché ou de jardin et placez-les sur une plaque de cuisson avec huit gousses d’ail pelées.
Saupoudrez les légumes de quelques cuillères à café de thym séché et d’une cuillère à café de sel en flocons ou de sel casher.
Arrosez le tout avec deux cuillères à soupe d’huile d’olive.
Faites cuire pendant 20-25 minutes dans un four préchauffé 300˚F.
Passez le tendre mélange rôti au robot ou au mixeur jusqu’à ce qu’il ait la consistance d’un gros morceau de beurre de cacahuète.
Raclez le tout dans un bocal ou un récipient d’une demi-pinte.
Recouvrez d’une fine couche d’huile d’olive, puis d’un couvercle et mettez-le au congélateur. Décongelez le produit pendant la nuit au réfrigérateur avant de l’utiliser.

Si vous avez plus d’une pinte de tomates cerise ou raisin en trop, vous pouvez doubler ou tripler la recette.

Mais veillez à le conserver dans les portions d’une tasse. C’est juste assez pour un ajout savoureux à quelques repas spéciaux, sans que vous ayez l’impression d’avoir du mal à le servir à chaque repas.

Et c’est la taille idéale pour partager avec un ami ou apporter comme cadeau d’accueil.

Utilisez-les

Ai-je attendu aussi longtemps pour vous dire que vous n’aurez peut-être même pas besoin de geler ce trop-plein ? Oui, oui, je l’ai fait.

A close up vertical image of a glass jar of canned cherry tomatoes set on a wooden surface.Photo par Rose Kennedy.

Mais seulement parce que je voulais que vous sachiez que vous avez de nombreuses possibilités, sans pour autant vous déprimer si vous avez déjà laissé les choses aller si loin que des bocaux et des sacs de fruits surgelés entiers sont devenus votre seule option.

Si ce tas de mûrissement n’a pas atteint la masse critique, il existe d’autres moyens de faire face à une récolte exceptionnelle.

Le premier et le plus simple est de faire une très bonne recette de salsa fraîche. Il existe plus de deux bonnes options sur notre site frère, Foodal. Vous avez ma permission d’éviter le blanchiment et l’épluchage si cela peut rendre la situation plus facile.

Faites un grand bol. N’oubliez pas de le manger avec des frites, sur des œufs et dans des omelettes. Organisez une fête et servez-la. Faites-en congeler, si vous le souhaitez.

Préparez un autre grand bol, mais cette fois, ajoutez des dés d’oignon rouge, un peu de sauce piquante et quelques tasses de légumes hachés. concombres sans pépins à la fin.

Presto, vous avez du gaspacho ! Prêt à être dégusté dans de petites tasses pendant l’happy hour, ou à être dégusté avec enthousiasme à la date prévue pour le déjeuner, qui n’a que trop tardé.

A close up horizontal image of a bowl of gazpacho soup set on a white fabric surface with a silver spoon to the right of the frame.Photo par Allison Sidhu.

Pour quelque chose d’un peu plus chic, essayez cette version de Foodal.

Vous ne le sentez pas avec les projets de cuisine ? N’oubliez pas que les églises ou les organisations caritatives locales qui nourrissent les affamés peuvent être à la recherche de quelques ingrédients frais.

Une récolte abondante peut vous aider à trouver une organisation locale qui accepte les dons d’aliments frais. Mais n’oubliez pas de téléphoner ou d’envoyer un courriel pour obtenir un accord avant de descendre avec vos boîtes de produits de maturation.

Si vous avez des variétés de raisins ou de cerises qui sortent de vos oreilles, vous pouvez aussi les transformer en délicieux cornichons pour le réfrigérateur.

Pour cela, j’utilise une variante d’une recette du « All New Ball Book of Canning And Preserving ». Vous pouvez trouver ce livre sur l’Amazonieet c’est aussi disponible auprès de Barnes &amp ; Noble.

Le tout nouveau livre de bal de la mise en conserve et de la conservation : Plus de 350 des meilleures recettes de conserves, confitures, marinés et conserves

En gros, il s’agit de ces étapes :

Préparez une saumure en portant à ébullition deux tasses de vinaigre blanc, une tasse d’eau, deux cuillères à soupe de sucre de canne, une cuillère à soupe de sel à marinade, deux cuillères à soupe de basilic frais haché, quatre gousses d’ail écrasées, deux tranches de citron et une grande feuille de laurier.
Réduisez le feu et laissez mijoter la saumure pendant trois minutes, en la remuant bien pour dissoudre le sel et le sucre.
Mettez environ quatre tasses de tomates cerises ou raisins dans un bocal d’un quart, puis utilisez un entonnoir pour remplir le bocal de saumure chaude jusqu’à un centimètre du haut.
Couvrez le bocal avec un couvercle et un anneau de mise en conserve (pas trop serré !) ou avec un couvercle en plastique fileté vendu à cet effet.
Laissez le tout revenir à température ambiante.

Ensuite vient la partie difficile :

Lorsque vous mettez ce mélange au réfrigérateur, vous devez attendre un mois entier pour que les saveurs se mélangent ! Ensuite, c’est le tour des cornichons qui sont super savoureux sur un plateau d’amuse-gueule ou comme garniture pour les Bloody Marys.

Et vous pouvez utiliser la saumure comme vinaigre dans votre vinaigrette maison préférée.

Une meilleure chance l’année prochaine

Une fois que vous aurez terminé la saison et que vous aurez épuisé tous vos surplus, puis que vous aurez fait cuire toutes vos friandises congelées et que vous aurez à nouveau de la place au milieu de la glace, je vous implore de faire une pause et d’évaluer.

A horizontal image of fresh tomatoes scattered on a gray surface with sprigs of rosemary.

Y a-t-il des moyens d’éviter de revivre tout cela ? Bien sûr qu’il y en a, et ils ne sont pas si difficiles.

Ma première gentille suggestion :

Envisager de croître davantage tomates déterminanteset s’assurer qu’ils sont les variétés adaptées à la mise en conserve.

Les déterminants ont tendance à porter leurs fruits sur une période de quelques semaines, et non de quelques mois. Cela signifie que vous pouvez les cueillir tous en même temps et préparer d’énormes quantités de délicieuse marinara à congeler, ou utiliser un bain-marie pour mettre en boîte des dizaines de pots de salsa en une seule fois.

Ainsi, vous pourrez prévoir une récolte exceptionnelle et planifier le stockage, au lieu de paniquer en fin de saison, quand il y en a tant !

Et n’oubliez pas de consulter notre guide de la culture de la tomate pour commencer.

Il faut également choisir avec soin un CSA afin de recevoir chaque semaine un grand nombre de trancheurs provenant des fermes locales, mais aussi un pourcentage équitable des variétés avec lesquelles vous pouvez cuisiner tout au long de la saison.

Il suffit de demander ! La plupart des producteurs sont heureux d’équilibrer leur part avec d’autres types de produits que vous pouvez utiliser facilement si vous choisissez de vous inscrire à l’un de ces programmes locaux.

Et je sais que c’est une autre opinion assez forte, mais je vous conseille vivement d’essayer de cultiver vos propres produits quand vous le pouvez, et d’acheter localement (et de façon saisonnière) quand vous ne pouvez pas.

Lorsque vous soutenez des méthodes de culture durables, vous pourrez presque toujours mettre en conserve, congeler, déshydrater ou stocker tous vos excédents.

La salade préférée d’Elsa ?

En fin de compte, j’ai l’impression que quiconque possède un surplus de ce favori du jardin familial est vraiment chanceux.

N’est-ce pas merveilleux de pouvoir expérimenter différentes façons de sauver votre surplus, puis de voir lesquelles conviennent le mieux à votre planning de repas et à vos goûts préférés ?

En parlant de goût personnel, si vous avez vos méthodes préférées pour conserver le beefsteak, les tomates Roma, cerises, raisins ou raisins de Corinthe, faites-le !

Participez à la conversation dans la section des commentaires ci-dessous, et n’oubliez pas que les photos sont toujours les bienvenues.

Et vous pouvez en savoir plus sur la culture des tomates dans le jardin familial en lisant les articles suivants :

Comment faire rougir des tomates qui refusent de mûrir sur la vigne
Comment faire pousser des tomates en conteneur
Comment cultiver les tomates cerises
0partsFacebookTwitterIntérêt

Photos par Rose Kennedy © Ask the Experts, LLC. TOUS DROITS RÉSERVÉS. Voir nos TOS pour plus de détails. Photos des produits via Rubbermaid, Running Press et TI Inc Books. Photos non créditées : Shutterstock.

Le poste Pouvez-vous congeler des tomates fraîches ? Conseils pour la conservation de votre récolte est apparue pour la première fois le Le chemin du jardinier.

Cet article a été rédigé par Rose Kennedy et traduit par Lescarrespotagers.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Lescarrespotagers.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.