Menu Fermer

Comment identifier, contrôler et traiter la brûlure bactérienne de l’Est

Anisogramma anomala

Les noisettes sont considérées comme divines depuis des lustres. Nous pouvons faire remonter cette histoire à leur mention dans un manuscrit chinois de 2838 avant J.-C. en tant que nourriture sacrée accordée par Dieu.

Actuellement, les bosquets commerciaux de ces noix savoureuses sont assiégés par une maladie fongique agressive communément appelée brûlure orientale du filbert.

A vertical image of a small hazelnut tree growing outside a brick building, suffering from a disease called Eastern filbert blight that causes the death of trees. To the top and bottom of the frame is green and white printed text.

Au cas où vous ne le sauriez pas déjà, filbert est un nom plus ancien pour la noisette qui est encore couramment utilisée dans le Nord-Ouest.

Le champignon qui provoque cette maladie, Anisogramma anomala, est considéré comme le pire pathogène des vergers de noisettes. S’il n’est pas contrôlé, il se propage rapidement d’un arbre à l’autre, et d’un verger à l’autre.

Il n’y a pas de remède à cette maladie, et elle peut tuer toutes les parties de l’arbre sauf les racines.

En outre, la maladie a un délai de 12 à 15 mois avant que les symptômes ne se manifestent.

Lisez ce qui suit pour savoir comment protéger vos noisettes d’un éventuel assaut.

Comment lutter contre la brûlure orientale du noisetier dans les arbres

Noisettes de la côte ouest et de la côte est
Empiètement du mildiou des filbert de l’Est dans le Nord-Ouest du Pacifique
Symptômes
Comment la maladie se répand
Inspectez vos arbres tous les six mois
Les arbres fortement infectés doivent disparaître
Comment prévenir l’infection
Cultivars résistants aux plantes
Pollinisateurs résistants aux plantes
Contrôler les pigeons
Traiter avec un fongicide

Noisettes de la côte ouest et de la côte est

Il existe trois espèces différentes de noisettes communément cultivées aux États-Unis : les espèces américaines indigènes, Corylus americana, le filbert C. maxima, et l’espèce européenne, C. avellana.

A close up horizontal image of the foliage and a developing nut on a tree in the garden, pictured in filtered sunshine.

Il s’agit notamment du cultivar ornemental C. avellana « Contorta », communément appelé « filbert contorsionné » ou « bâton de marche de Harry Lauder », du nom de l’artiste écossais.

Les noisettes haut de gamme de la variété européenne atteignent généralement les prix les plus élevés, et elles sont souvent cultivées à des fins commerciales dans le nord-ouest du Pacifique. Ces arbres ne tolèrent pas le froid aussi bien que les espèces américaines.

Alors, pourquoi les cultiver ?

Les noix qu’ils produisent sont plus grosses et généralement considérées comme plus savoureuses, et les arbres ont été élevés à la perfection pendant des siècles, voire des milliers d’années. C’est le type de noix qui est couramment utilisé dans les confiseries au chocolat et qui se vend le plus cher.

Et puis il y a les noisetiers originaires d’Amérique du Nord – du Canada jusqu’en Géorgie et en Louisiane.

Ces noix ne répondent pas aux normes raréfiées des noix européennes, mais les noisettes qu’elles produisent n’en sont pas moins savoureuses et faciles à cultiver.

Plus important encore, l’espèce américaine tend à être résistante à la brûlure orientale du filbert (EFB), une maladie qui a fait de son mieux pour ravager les bosquets commerciaux de l’Oregon et de Washington.

Si vous cultivez les espèces européennes chez vous, cela peut être un problème pour vous aussi.

L’empiètement du mildiou des filbert de l’Est dans le Nord-Ouest du Pacifique

Les sols et le climat de l’Oregon et de l’État de Washington conviennent parfaitement aux noisettes européennes, qui y sont cultivées depuis le milieu des années 1800.

La vallée de Willamette, dans l’Oregon, est notamment un refuge pour ces arbres et produit plus de 99 % des noisettes du pays. C’est un endroit de rêve pour la culture des noisettes, avec son climat méditerranéen proche de l’océan.

En plus des sols et des températures idéales, un autre avantage pour cet endroit est que les noix ont été cultivées à des milliers de kilomètres du redoutable EFB – pendant près d’un siècle, c’est-à-dire.

Cependant, les agents pathogènes ne respectent pas les frontières géographiques, et la maladie a été découverte dans l’État de Washington dans les années 1960. En 1998, elle s’était propagée à la vallée de Willamette.

Symptômes

Comment pouvez-vous déterminer si vos arbres sont infectés par ce fléau ?

A close up horizontal image of a hazelnut tree growing outside a brick building suffering from a disease, pictured on a soft focus background.Photo par Tom Creswell, Bugwood.org, via CC BY-NC.

Les branches peuvent mourir soudainement, de juillet à septembre.

Des signes plus subtils sont les zones d’écorce effondrées sur le tronc ou les tiges, appelées chancres. Vous les verrez d’abord sur les nouvelles branches.

Les noisettes américaines peuvent vivre presque indéfiniment avec l’EFB.

A close up horizontal image of a large canker developing on the stem of a tree, pictured on a soft focus background.Photo de Bruce Watt, Bugwood.org, via CC BY-SA.

Selon Kaitlin Morey Gold de la Département de pathologie végétale de l’université de MadisonLes arbres ne peuvent pas développer de chancres.

Dans ce cas, les chancres s’étendent lentement et peuvent entraîner la perte de branches occasionnelles.

Mais pour les noisettes européennes, c’est une autre histoire. Les chancres continuent de croître – jusqu’à trois pieds par an – et peuvent former de profondes entailles ou rainures au fil du temps, tuant généralement un arbre ou un arbuste infecté en cinq à dix ans.

A close up horizontal image of the stem of a branch suffering from a plant disease, pictured on a dark soft focus background.Photo de Joseph OBrien, Bugwood.org, via CC BY-SA.

Un autre symptôme est la structure fongique qui produit les spores – un stroma, ou stromates multiples.

Le champignon produit ces structures noires en forme de ballon de football à l’intérieur des chancres. Les stromates sont légèrement surélevés par rapport aux branches.

Comment la maladie se répand

Les spores des stromates peuvent être éclaboussées par l’eau ou soufflées par le vent. Les gens peuvent également transmettre la maladie sur leurs vêtements, leurs mains et leurs outils de jardinage, ou en transportant du bois provenant de plantes infectées.

A close up horizontal image of a nasty canker that has been cut open on the stem of a tree, pictured on a soft focus background.Photo par Elizabeth Bush, Bugwood.org, via CC BY-SA.

Ce champignon est inhabituel car il n’infecte pas les plantes par le biais de blessures existantes. Il infecte plutôt les tissus immatures des feuilles et des tiges qui sont en pleine croissance.

Les chancres ne seront visibles que 12 à 18 mois après l’infection.

Inspectez vos arbres tous les six mois

Si vous cultivez des cultivars européens, il est impératif de procéder à un dépistage de cette maladie au moins deux fois par an.

A close up horizontal image of the stem of a hazelnut tree suffering from Eastern filbert blight pictured on a soft focus background.Photo de Joseph OBrien, Bugwood.org, via CC BY-SA.

Le champignon a un cycle de vie de deux ans ou plus, et vos arbres sont susceptibles de présenter des symptômes au cours des deux premières années suivant leur plantation.

Il est plus probable que vous puissiez contenir la maladie si vous l’attrapez tôt. Si vous ne remarquez pas les symptômes à temps, votre verger peut rapidement passer d’un seul chancre à des centaines.

Ce processus consiste à examiner vos arbres à la recherche de chancres et à prendre des mesures si vous les trouvez.

S’il n’y a que quelques chancres, vous pouvez essayer d’élaguer les tissus infectés. Coupez deux à trois pieds sous chaque chancre.

Veillez à désinfecter vos outils après chaque coupe. Trempez-les dans de l’alcool à 70 % ou de l’eau de javel à 10 %, puis laissez-les sécher.

Si vous n’enlevez pas les membres malades, la canopée entière risque de mourir dans les sept à quinze ans suivant le premier signe d’infection.

Les arbres fortement infectés doivent disparaître

Si votre arbre est couvert de chancres, soyez impitoyable et enlevez-le. Sinon, le champignon continuera à produire des spores, ce qui provoquera de nouvelles infections dans les arbres voisins.

Brûlez votre arbre infecté si cela est autorisé dans votre région. Sinon, vous devez l’enterrer profondément dans le sol ou le couper en copeaux et les laisser sécher pour tuer le champignon.

Comment prévenir l’infection

Heureusement, il existe des mesures que vous pouvez prendre pour prévenir l’infection si vous cultivez des cultivars européens :

Cultivars résistants aux plantes

Barcelona », un cultivar vigoureux et à haut rendement, était autrefois la principale variété cultivée dans 60 à 70 % des vergers du nord-ouest du Pacifique.

Elle produit des noix rondes de taille moyenne à grande, d’une excellente saveur.

A horizontal image of a hazelnut orchard with trees growing in a neat line, pictured in bright sunshine with blue sky in the background.

Quel est son inconvénient ? Il n’est que modérément résistant à l’EFB. Cette caractéristique a entraîné une limitation des plantations commerciales au cours des dernières années.

En 2017, le pourcentage de noisettes « Barcelona » plantées en Oregon avait diminué de moitié.

D’autres variétés, plus résistantes à l’EFB, sont plantées aujourd’hui, selon le Les producteurs de noisettes de l’Oregon.

Avec le soutien de l’industrie de la noisette, l’université d’État de l’Oregon (OSU) sélectionne des noisettes depuis 2007 pour développer de nouveaux cultivars qui remplaceront le « Barcelona ».

Parmi les cultivars récemment produits par le Dr Shawn Mehlenbacher et son équipe à l’OSU, on trouve ‘PollyO’, ‘Yamhill’, ‘Wepster’, ‘Jefferson’ et ‘Dorris’.

PollyO », du nom de Polly Owen, la pilier de l’industrie, produit des noix qui peuvent être utilisées dans le chocolat et les produits de boulangerie.

Bien que ces cultivars puissent toujours avoir des chancres, cela se produit rarement si un arbre est infecté, et les chancres peuvent ne pas produire de spores.

Malheureusement, il existe des souches de ce champignon qui peuvent surmonter la résistance des gènes dans ces variétés.

Si vous voulez faire pousser des noisettes sur la côte Est, il vaut mieux vous en tenir à l’espèce locale, C. americana, plutôt que de cultiver les cultivars résistants qui sont populaires sur la côte Ouest.

L’État de l’Oregon fait de son mieux pour empêcher la maladie de se propager en limitant les cultivars qui peuvent être importés d’autres États.

Pollinisateurs résistants aux plantes

Vous savez qu’il est recommandé de cultiver plus d’une variété de noisetier pour la pollinisation croisée ? Les noisettes américaines peuvent en fait s’autoféconder, mais les espèces européennes sont auto-incompatibles, et il faut donc cultiver plus d’une variété.

Si vous ne faites pousser que quelques noisetiers, vous pouvez en planter deux ou trois du même cultivar, afin qu’ils se pollinisent mutuellement.

Toutefois, si vous envisagez de cultiver un verger, vous devez envisager d’ajouter différents cultivars à votre répertoire – et vous devez vous assurer qu’ils sont résistants à la maladie.

Les pollinisateurs résistants comprennent :

Gamma » – pollinisation croisée « Barcelone
Felix » – pollinisation croisée « Ennis
Zeta » – pollinisation croisée « Sacajawea ».
Epsilon » – pollinisation croisée « Lewis
Delta » – pollinisation croisée « Clark

Ces arbres ont des périodes de floraison similaires, et ils sont de bons partenaires pour promouvoir de hauts rendements.

Contrôler les pigeons

Les drageons qui poussent à la base de la tige sont généralement éliminés de toute façon, afin que l’énergie soit concentrée dans la tige principale ou « leader ».

Cependant, si vous avez besoin d’une incitation supplémentaire pour les tailler, les drageons peuvent également être des sources de spores qui peuvent se propager à d’autres arbres.

Si les drageons peuvent être taillés en été, le printemps est le moment idéal pour le faire, car vous pouvez les tailler pendant qu’ils sont petits et avant qu’ils ne durcissent.

Traiter avec un fongicide

Bien qu’il n’existe pas de remède contre la brûlure orientale du mouton, les traitements fongicides peuvent protéger contre les nouvelles infections s’ils sont appliqués correctement.

Vous devrez appliquer un fongicide quatre fois par saison pour protéger correctement vos arbres, à partir du débourrement. Veillez à bien couvrir toutes les branches.

Vous devez également traiter les cultivars résistants, au premier printemps suivant la plantation.

Commencez lorsque les bourgeons commencent à gonfler, et pulvérisez toutes les deux semaines pour un total de quatre traitements sur une période de huit semaines.

Veillez à alterner ou à mélanger les fongicides avec différents modes d’action.

A close up of the packaging of Bonide Fung-onil multi-purpose fungicide on a white background.

Fongicide polyvalent Bonide Fung-onil

Les fongicides recommandés aux jardiniers amateurs pour traiter la brûlure orientale du millet sont notamment le fongicide Bonide Fung-onil Multi Purpose Fungicide, disponible auprès de Home Depot.

Comme décrit par George Plaven en 2018 dans un article dans la presse de la capitaleUne étude détaillée sur l’utilisation des fongicides dans les vergers de noisettes commerciaux a révélé que leur utilisation pourrait rapporter aux producteurs 4 274 dollars de plus par acre.

Cette étude est de bon augure pour les jardiniers amateurs, car ils devraient également avoir la possibilité d’obtenir des rendements bien plus élevés après avoir utilisé des fongicides pour traiter l’infection.

Et surtout, leur utilisation a permis aux chercheurs de gagner du temps pour mettre au point des cultivars résistants, ce qui a sauvé l’industrie.

Il y a de l’espoir pour les producteurs de noisettes

Heureusement, les cultivars de noisettes américaines cultivés sur la côte Est peuvent vivre en harmonie avec la brûlure de l’Est.

Photo par Tom Creswell, Bugwood.org, via CC BY-SA.

Si seulement c’était le cas pour les précieux cultivars européens cultivés sur la côte ouest… La découverte de l’EFB à Washington puis en Oregon au siècle dernier a été une terrible nouvelle.

Toutefois, la combinaison de fongicides et de nouveaux cultivars résistants disponibles aujourd’hui a considérablement amélioré les chances de succès de la culture de ces noix délicieuses et très recherchées.

Vous avez une histoire d’horreur à partager sur le fléau de l’Est, ou un conte de rédemption ? Dans tous les cas, faites-le nous savoir dans les commentaires.

Et poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur les maladies des arbres à noix dans ces articles :

Comment identifier et traiter la maladie du dépérissement des rameaux de pacanier
Comment identifier et traiter la brûlure de l’extrémité de la tige du pécan
Comment prévenir et atténuer la pourriture de la coque des amandes
0partsFacebookTwitterIntérêt

Demandez aux experts, LLC. TOUS DROITS RÉSERVÉS. Voir nos TOS pour plus de détails. Photo du produit via Home Depot. Photos non créditées : Shutterstock. Avec rédaction et montage supplémentaires par Allison Sidhu et Clare Groom.

Le poste Comment identifier, contrôler et traiter la brûlure bactérienne de l’Est est apparue pour la première fois le Le chemin du jardinier.

Cet article a été rédigé par Helga George, PhD et traduit par Lescarrespotagers.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Lescarrespotagers.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.