Menu Fermer

Fleurs sauvages et faune dans la prairie de Yosemite

21 juillet 2020
L’asclépiade et un papillon monarque dans le pré de Cook’s

Alors que les falaises abruptes et les cascades imposantes de Parc national de Yosemite ont tendance à attirer toute l’attention, Pré de Cook’s dans la vallée est également magnifique. Lors de notre visite en juin (cliquez ici pour savoir comment nous avons réussi notre voyage à distance sociale), j’ai parcouru deux fois la prairie’le sentier en boucle d’un kilomètre, excité à l’idée d’apercevoir beaucoup d’asclépiades et un ou deux monarques, ainsi que de nombreuses autres petites créatures et de jolies plantes.

Demi-dôme

Entouré de tous côtés par des murs verticaux en granit, le pré’tage plat offre un relief visuel, sans oublier un endroit idéal pour admirer le paysage emblématique du parc, comme le Half Dome. La fonte des neiges et l’eau de pluie s’écoulent dans la prairie, qui a tendance à être marécageuse, et son écosystème délicat est protégé par des trottoirs de bois, avec des panneaux invitant les visiteurs à rester sur les sentiers et à ne pas se laisser tromper par les plantes.

Les prairies de Yosemite’s étaient cultivées par les peuples indigènes, qui allumaient des feux pour brûler les arbres et garder les prairies ouvertes afin de récolter certaines plantes. Lorsque les colons blancs sont arrivés dans les années 1850 avec leur bétail, ils considéraient les prairies herbeuses comme des pâturages de premier choix, et leurs moutons et leur bétail ont rapidement décimé la flore indigène. L’arrêt des feux de prairie (tant ceux provoqués par les indigènes que ceux provoqués par la foudre) a eu un impact sur l’écologie des prairies, tout comme l’arrivée de hordes de visiteurs lorsque le Yosemite est devenu un parc national. Aujourd’hui, la restauration des prairies est en cours, alors même qu’une nouvelle menace est apparue : le changement climatique, qui entraîne une augmentation des températures annuelles et des conditions plus sèches.

Le sentier de promenade de Meadow&rsquo invite à poser le regard, ce qui permet de saisir les petits détails et la beauté des plantes et des animaux qui composent cet écosystème unique.

Au début de l’été, certaines fougères des prairies et du parc devenaient dorées, comme si l’automne était proche. Je ne sais pas pourquoi, mais l’effet était charmant sur la verdure luxuriante.

L’asclépiade indigène (Asclepias speciosa) fleurissait dans toute la prairie, attirant papillons, abeilles et autres insectes.

Un papillon tigre à queue d’hirondelle visite une fleur d’asclépiade

Gros plan sur l’asclépiade

Les grappes de fleurs sphériques et roses étaient pittoresques au milieu des tiges verticales bleu-vert des herbes des prairies.

Les feuilles feutrées ont un aspect argenté à la lumière du soleil.

À une extrémité de la prairie, le sentier mène à travers un peuplement de grands pins, dont les troncs sombres encadrent un conifère de Noël.

Ici, j’ai trouvé de l’ancolie rouge en fleur.

Le sentier de promenade

Une bande de panais de vache indigène (Heracleum maximum)

Un lézard de clôture de la Sierra perché sur une souche d’arbre cassée. C’est le roi du monde !

Les lézards des clôtures de la Sierra étaient partout, se faisant bronzer sur la promenade, se poursuivant autour des troncs d’arbres. Regardez ces longs orteils et les jolies marques bleues sur son dos.

Les mâles ont le ventre et la gorge d’un bleu vif. Ce grand type faisait des pompes pour impressionner une femelle sur le rail de la promenade.

A-t-elle été impressionnée ? Peut-être pas. Elle s’est vite détournée et s’est éloignée.

Le merle américain surveille les paparazzi

Quelqu’un sait-il ce qu’est cet oiseau ?

A chaque tournant, le paysage est grandiose &mdash ; ces oiseaux et lézards chanceux ! Voici’le panache blanc du Yosemite Upper Fall, avec une azalée à fleurs blanches au premier plan.

Les azalées ont tout juste dépassé leur apogée, mais elles sont encore pleines de fleurs.

D’autres lézards de la Sierra avec ces dos à points bleus caractéristiques.

Panais et azalée de vache au milieu de vagues ondulantes d’herbes bleu-vert et bronze. Une frange de grands arbres et des falaises sombres et verticales forment une toile de fond spectaculaire.

L’heure dorée dans la prairie, un endroit paisible mais vivant. C’est mon dernier billet sur le parc national de Yosemite, que j’espère que vous’avez aimé lire.

Suivant : Fleurs sauvages sur une falaise en bord de mer au parc d’État du Montana de Oro, près de San Luis Obispo, en Californie. Pour revenir à mon 2ème post sur Yosemite et un récit palpitant d’un tremblement de terre et d’une randonnée dans le demi-dôme, cliquez ici.

Vos commentaires sont les bienvenus ; veuillez faire défiler la page jusqu’à la fin de ce billet pour en laisser un. Si vous’lisez ceci dans un courriel d’abonnement, cliquez ici pour visiter le site Digging et trouvez la boîte de commentaires à la fin de chaque message.

Creuser plus profondément : Nouvelles et événements à venir

Inscrivez-vous à la liste de diffusion pour Étincelle de jardin! Envie d’en savoir plus sur l’art des jardins ? I’m organise plusieurs fois par an une série de conférences par des concepteurs de jardins, des architectes paysagistes et des auteurs inspirants. Ces conférences, qui se tiennent à Austin, sont des événements à participation limitée qui se vendent rapidement, alors inscrivez-vous sur la liste de diffusion de Garden Spark pour être averti à l’avance. Il suffit de s’inscrire sur cliquez sur ce lien et demandez à être ajouté.

Tout le matériel &copie ; 2020 par Pam Penick pour Creuser. Toute reproduction non autorisée est interdite.

Le poste Fleurs sauvages et faune dans la prairie de Yosemite est apparue pour la première fois le Creuser.


Cet article a été rédigé par Pam/Digging et traduit par Lescarrespotagers.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Lescarrespotagers.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.