Menu Fermer

Comment propager les mûres de Boysen

J’ai récemment reçu par la poste mon tout premier plant de mûrier de Boysen, et il est arrivé sous la forme d’une culture de tissus.

Il ressemblait à un semis ordinaire que vous pourriez acheter dans une pépinière. Mais le propriétaire du magasin m’a dit qu’il avait été multiplié dans un laboratoire.

Lorsque vous achetez des plants de mûrier de Boysen pour les planter dans votre jardin, vous avez généralement le choix entre une racine nue dormante ou une petite plante multipliée en pépinière par l’une des quatre méthodes suivantes : bouturage avec racines, superposition de pointes, division des racines ou micropropagation en laboratoire.

Cela m’a rendu curieux des meilleures façons de propager cette plante peu commune qui peut parfois être difficile à trouver. Heureusement, il n’est pas nécessaire d’avoir accès à un laboratoire, mais il faut une plante existante.

Et dans aucune des méthodes de propagation courantes, on ne plante des mûres de Boysen, Rubus ursinus x. idaeus, à partir de graines.

Pourquoi, me direz-vous ?

Parce que la mûre de Boysen est une ronce hybride, un croisement entre la mûre, la framboise, la mûre de fraise et la mûre de Logan, et que la culture d’une mûre de Boysen à partir d’une graine ne produira pas une véritable mûre de Boysen.

Pour cette raison, ils doivent être multipliés par une méthode qui produit un clone de la plante mère.

Tous les plants de mûres de Boysen dans le monde remontent aux baies originales de Knott’s Berry Farm.

Pour en savoir plus sur l’histoire et la culture de cette ronce hybride, consultez notre guide de la culture des mûres de Boysen.

Êtes-vous prêt à découvrir les meilleures façons de propager ces baies sucrées et acidulées ?

Commençons !

Ce que vous’allez apprendre

Le contexte
Sept façons de se propager
Planter une racine nue dormante
Transplantation d’une pépinière
Enraciner une coupe de tige
Division racine
Conseils pour la mise en place
Les suceurs de greffe
La culture des tissus

Le contexte

Il peut devenir un peu, disons, ronchon pour essayer de comprendre comment les mûres de Boysen produisent des fruits. I’rement et simplement.

Tout d’abord, les racines et la couronne du mûrier de Boysen sont vivaces, mais la plante envoie de nouvelles tiges bisannuelles chaque année. Dans le langage des ronces, les tiges sont connues sous le nom de “canes.&rdquo ;

A close up of a thorny branch of a berry bush pictured in bright sunshine on a soft focus background.

Les primocannes sont des cannes de première année. Elles sont d’une couleur verte fraîche et ne portent pas de fruits, mais elles ont des feuilles.

À la fin du premier été, la peau vert tendre fera place à une écorce brune, suffisamment résistante pour passer l’hiver.

Les plantes sont en dormance pendant les mois d’hiver. Au printemps, l’année dernière, les primocannes de’s en sont à leur deuxième été, et on les’appelle des floricanes.

A close up of red berries growing on a bramble in the summer garden, pictured on a soft focus background.

Les floricanes brunes et ligneuses produisent des baies sur des tiges fructifères vertes appelées latéraux.

Sept façons de se propager

Vous pouvez généralement trouver des plantes à racines nues dormantes disponibles à la fin de l’hiver ou au début du printemps. Les transplants sont généralement disponibles toute l’année.

I’m va couvrir comment et quand présenter les plantes que vous avez achetées, puis passer aux méthodes de multiplication de nouvelles plantes à partir de celles qui existent déjà.

À la fin, j’évoquerai brièvement la micropropagation en culture tissulaire, même si ce n’est pas quelque chose que nous, jardiniers amateurs, pouvons tenter !

1. Planter une racine nue dormante

Une racine nue est la racine dormante d’une plante vivace âgée de un à trois ans qui a été déterrée pendant l’hiver. Vous vous attendrez à ce qu’elle arrive avec deux ou plusieurs cannes.

Le meilleur moment pour mettre en terre une plante à racines nues dormante est à la fin de l’hiver, ou au début du printemps, avant le début de toute nouvelle croissance.

A vertical close up of a gloved hand from the right of the frame planting a bare root tree into dark, rich soil.

La plantation à cette époque signifie qu’ils’sortiront de leur dormance à temps pour produire une petite récolte le même été, bien qu’une récolte complète ne viendra’que l’année suivante.

Il est préférable d’attendre l’année suivante pour récolter les fruits, afin de permettre à la plante de s’établir.

Si vous plantez des racines nues en été, il se peut qu’elles n’aient pas le temps de fructifier cette année-là avant de se mettre à nouveau en dormance à l’automne.

Il est facile de planter des racines nues. Il suffit de trouver un emplacement ensoleillé dans une zone où le sol est meuble et bien drainé.

A close up of a gardener planting berry canes in rich, dark earth in the garden.

Les mûriers ont besoin de six à huit heures de soleil par jour, et ils détestent avoir les pieds mouillés, alors assurez-vous de planter dans un sol bien drainé.

Ne fertilisez pas encore la zone, car la forte concentration de nutriments pourrait tuer votre plante dormante. Vous pouvez cependant ajouter plusieurs tasses de compost organique dans le trou que vous’erez dans un instant.

De plus, vous’allez vouloir planter la racine le plus tôt possible après l’achat. Qui sait depuis combien de temps il est resté dans la pépinière ou le magasin, n’est-ce pas ? Elle a besoin d’un foyer dans le sol !

Retirez la racine et la canne de l’emballage et faites tremper les racines dans l’eau pendant environ une demi-heure. Cela leur donne un peu d’humidité supplémentaire pour commencer avant de planter, et permet d’éliminer les débris d’emballage.

Ensuite, creusez un trou qui’est assez grand pour accueillir toute la racine et assez large pour permettre quelques centimètres de chaque côté.

A close up of a gardener tamping down the soil around a recently planted fruit vine.

Installez la plante dans le trou et remettez la terre en place sur un petit monticule. Faites attention à l’emplacement de la couronne, à la jonction de la tige et des racines, et assurez-vous qu’elle est couverte et au niveau du sommet du monticule.

Vous devriez vous retrouver avec une tranchée peu profonde autour du monticule de terre. Ajoutez deux pouces d’eau à cette tranchée, et vous’avez terminé ! Les pousses vertes devraient commencer à apparaître dans un mois environ.

2. Transplantation d’une pépinière

Si vous allez chercher une culture de tissus ou une petite plante dans votre pépinière locale ou si vous en commandez une en ligne, la vôtre ressemblera probablement à celle-ci.

A close up of a small transplant with the roots wrapped in paper towel to keep them moist, held up in front of a garden scene with a house, trees, and blue sky in the background.Photo de Laura Melchor.

Avant de le déballer, préparez votre espace de plantation.

Vous pouvez transplanter des mûres de Boysen en toute saison, mais si l’hiver ou les températures descendent régulièrement en dessous de 45 degrés la nuit, vous voudrez conserver les vôtres dans un conteneur à l’intérieur ou dans une serre chauffée.

Les plantes doivent être transplantées au printemps, deux semaines après la date moyenne de votre dernière gelée. Pour les transplantations en été, choisissez le moment le plus frais de la journée pour mettre votre nouvelle ronce dans le jardin.

Que vous cultiviez dans un conteneur ou dans le sol, vous voudrez d’abord creuser un trou de la taille de la motte de racines.

Dans le jardin, choisissez un endroit qui reçoit six à huit heures de soleil par jour, mais qui offre également quelques heures d’ombre pendant la partie la plus chaude de la journée.

A close up of berries ripening on the bush in bright sunshine on a soft focus background.

Comme les transplants sont des plantes dormantes, vous pouvez mélanger un 20-20-20 NPK de fertiliser le sol, selon les instructions figurant sur l’emballage, ou d’amender le sol avec du fumier ou du compost bien putréfié.

Placez délicatement le bouchon ou la motte à l’intérieur du trou, et tassez la terre par-dessus.

Maintenant, donnez-lui un ou deux pouces d’eau. Voilà, vous’avez terminé !

3. Enracinement d’une tige

Si une amie est assez gentille pour vous laisser prendre une bouture de son mûrier, vous’avez de la chance.

Il est assez facile de multiplier de nouvelles plantes à partir de boutures, mais vous voudrez prendre au moins deux ou trois boutures pour augmenter vos chances de succès.

A close up of a hand holding stem cuttings ready for planting, on a soft focus background.

La première chose que vous’allez devoir faire est de remplir plusieurs pots de quatre pouces avec un la mousse de tourbe sans sol et le mélange de perlite, ou de sable grossier.

Maintenant, sortez une paire de gants de jardinage et des sécateurs tranchants.

Ensuite, trouvez plusieurs primocanes verts robustes. Mesurez environ cinq à sept pouces à partir de l’extrémité et coupez en biais juste sous un bourgeon de feuille.

Si vous’aimeriez, vous pouvez tremper les bouts coupés dans de la poudre d’hormone d’enracinement. Cela peut augmenter vos chances de réussite. Essayez de donner une hormone d’enracinement en poudre à une coupe et de laisser les autres sans elle, et voyez lesquelles prospèrent !

Enterrez les tiges coupées dans le mélange de mise en pot de manière à ce que deux bourgeons de feuilles se trouvent sous le niveau du sol et au moins deux autres au-dessus de la ligne du sol. Arrosez abondamment et maintenez l’humidité.

Au bout d’un mois environ, les boutures devraient produire de nouvelles feuilles, ce qui indiquera qu’elles’vement enracinées.

A close up of a flowering berry bush, with light pink flowers contrasting with the green foliage on a soft focus background.

À ce stade, vous pouvez les transplanter dans des conteneurs ou dans le jardin, dans un sol modifié avec un engrais NPK 20-20-20 selon les instructions de l’emballage, ou modifié avec du fumier ou du compost bien putréfié.

4. Division racine

Les boutures de racines sont généralement prélevées au début du printemps, lorsque les nouvelles pousses commencent à apparaître. Vous voulez transplanter les nouvelles primocannes, pas les floricanes de l’an dernier.

Trouvez une partie de la plante avec une ou deux cannes de 15 à 20 cm de haut, qui ont l’air en bonne santé.

Coupez directement à travers la racine et retirez la canne, les racines et le sol environnant.

Plantez de la même manière que vous le feriez pour la transplantation de drageons, comme décrit ci-dessus.

Vous pouvez aussi déterrer des plantes entières et les diviser. Assurez-vous simplement que chaque division possède au moins une primocane. En savoir plus sur diviser les plantes vivaces ici.

5. Superposition des conseils

Comme les vignes, les plants de mûrier de Boysen envoient naturellement des stolons pour se propager. Mais si vous voulez faciliter le processus (et être capable de planter de nouveaux mûriers de Boysen à plusieurs mètres de distance), ou donner des plantes à des amis, essayez la superposition de boutures.

C’est très facile car cette méthode tire parti de ce que la plante fait déjà naturellement pour se propager.

A close up of a red bramble sucker, growing from a rhizome a few feet from the parent plant, pictured in bright sunshine on a soft focus background.

Tout ce que vous avez à faire, c’est de remplir un récipient de 15 cm de diamètre avec du terreau, ou un récipient plus grand, si vous le souhaitez, et de trouver une longue primocane.

Enfouissez la pointe de la plante dans le sol, en la faisant courir parallèlement à la surface. Donnez-lui un à deux pouces d’eau une fois par semaine, ou arrosez plus souvent si elle commence à se dessécher.

A close up of a bramble bush with ripening berries, pictured in light sunshine on a soft focus background.

En un mois environ, vous’aurez une plante vigoureuse et nouvellement enracinée dans votre conteneur ! Coupez la canne à environ un pied de la vigne à partir des racines en pot, en la libérant du parent.

Replantez à une distance de trois à cinq pieds, ou dans une autre partie de votre cour ou de votre jardin.

6. Drageons pour la transplantation

Si vous voyez de jeunes ronces surgir au hasard à côté de votre plante d’origine, ne les coupez pas !

Ce sont de véritables mûres de Boysen : elles’es sont le produit du système racinaire de la plante d’origine qui crée des rhizomes pour établir de nouvelles racines à quelques centimètres de la plante mère.

A close up of a hand from the left of the frame with a small garden trowel, planting a boysenberry shrub in the garden in dark, rich soil.

Voici comment transplanter les drageons dans une autre partie de votre jardin, où ils peuvent s’épanouir et se transformer en un tout nouveau buisson pour votre plus grand plaisir.

À l’aide d’une pelle ou d’une truelle à main, creusez à environ trois pouces de la pousse ou de la canne qui a poussé près de la plante mère.

S’il y a’t trois pouces d’espace entre le drageon et la plante mère, il suffit de creuser entre les deux &ndash ; environ trois à six pouces &ndash ; jusqu’à ce que vous trouviez le rhizome.

Avec la pelle ou la truelle, coupez le rhizome, en libérant le drageon et ses racines de la plante mère.

Creusez soigneusement le suceur et placez-le dans un seau rempli d’eau ou de papier journal humide.

Laissez le drageon tremper pendant quelques minutes pendant que vous creusez un trou dans la zone de plantation souhaitée, qui doit se trouver à au moins trois ou quatre pieds de distance afin de fournir un espace suffisant pour la croissance d’une nouvelle plante.

A close up of a tiny transplant of a berry bush set in rich soil, pictured in bright sunshine.

Creusez un trou aussi profond que la touffe de racines que vous venez de retirer. Sortez la motte du seau et placez-la dans le nouveau trou.

Tassez la terre autour et arrosez abondamment.

Vous avez maintenant un nouveau plant de mûre de Boysen gratuit !

7. Culture des tissus

Si la micropropagation par culture tissulaire est un processus fascinant, elle n’est guère une méthode que la plupart des jardiniers pourraient appliquer chez eux. C’est pourquoi je ne l’expliquerai pas en détail.

A close up of a microscope inspecting plant tissue for propagation.

Il suffit de savoir qu’il s’agit de boîtes de Pétri, d’air filtré par un filtre HEPA, de conditions stériles et d’hormones.

A partir d’une seule pousse, 400 000 nouvelles plantes peuvent être produites en un an !

A close up of a scientist in a laboratory propagating plants using tissue culture.

De nombreux plants de mûres de Boysen vendus dans les pépinières ont été multipliés de cette manière.

Quelle que soit la manière dont vous vous propagerez, vous’erez heureux

Peu importe comment vous décidez de multiplier vos plants de mûres de Boysen, vous’allez finir par manger des fruits délicieux qui ont été cultivés dans votre propre jardin ou arrière-cour.

A close up of red ripening boysenberries surrounded by dark green foliage and pictured in bright sunshine in the summer garden, fading to soft focus in the background.

Avez-vous déjà essayé ces méthodes de propagation ? Faites-le nous savoir dans les commentaires ci-dessous !

Et pour plus d’informations sur la culture des mûres de Boysen dans votre jardin, consultez ensuite les guides suivants :

Quand et comment récolter les mûres sauvages, un délice estival acidulé
Les avantages de Boysenberry : Pourquoi vous avez besoin de cet hybride de ronce dans votre vie
0partsFacebookTwitterIntérêt

Photo par Laura Melchor &copy ; Ask the Experts, LLC. TOUS DROITS RÉSERVÉS. Voir nos TOS pour plus de détails. Photos non créditées : Shutterstock.

Le poste Comment propager les mûres de Boysen est apparue pour la première fois le Le chemin du jardinier.

Cet article a été rédigé par Laura Melchor et traduit par Lescarrespotagers.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Lescarrespotagers.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.